" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

    

ALFRED HITCHCOCK

Alfred Joseph Hitchcock est né à Londres le 13/08/1899  et est décédé le 29/04/1980;. Son père était un commerçant.Il a un frère et une soeur mais avec de grands écarts d'âge si bien qu'il sera souvent solitaire.


Hitchcock racontait souvent une anecdote sur son enfance : à 6 ans il avait commis une betise et son père l'avait envoyé au commissariat où il fut place dans une cellule pendant 5 minutes.
Ses études furent marquées par un goût pour la géographie et les cartes et plans.Cela lui donna un sens aigu de l'organisation.

Education catholique rigoureuse, mère dominatrice, il aime la géographie et mémorise tout New-York et Londres.

Mort du père en 2015.Il abandonne l'école et partage son temps entre cinéma, théâtre et cours du soir.Il dévore des livres de John Buchan, Gustave Flaubert et Edgar Allan Poe . L'œuvre de Peo renvoie Alfred à une autre de ses passions , le meurtre. Et il lit des revues professionnelles relatives au cinéma.


Il  est engagé en 1919  comme dessinateur d'intertitres dans une société de cinéma  famous Players Lasky qui allait s'appeler plus tard "Paramount". Il y apprend l'art de la narration.

On lui confie la réalisation de son premier court-métrage , une comédie "Number Thirteen" qui ne sera jamais diffusé car la boîte de production fait faillite. . Puis il devient scénariste , assistant réalisateur de Graham Cutts .Pendant le tournage de LA DANSEUSE BLESSEE il fait appel à ALMA REVILLE comme monteuse . Ce sera un tournant dans sa carrière.Et il lui demande sa main.

Alfred et Alma se marient le 02/12/1926 et ont une fille Patricia.


 

A la fin 1926 la carrière d'Alfred est au point mort car il a réalisé 3 films qui ne sont pas sortis. Mais le premier sortira le 24/01/1927 et sera un succès.Il est désormais connu du public anglais.

Il pourra  fonder une société "Hitchcock Baker Productions"
Il devient le metteur en scène à la silhouette "grosse au visage bonasse et à l'oeil faussement naif"qu'il prenait plaisir à insérer dans une scçène de tous ses films.
Il avait un grand sens de l'humour de par ses origines britanniques .


En 1940 il s'installe en Amérique à Hollywood et remporte l'Oscar du meilleur réalisateur pour "Rebecca" .

  

Entre 1954 et 1960 il réalise 9 longs métrages pour le cinéma , 17 pour la télé et présente 350 épisodes de séries télévisées qui portent son nom.

Il remarque que de nombreux films d'horreur ont beaucoup de succès et décide d'en tourner un : PSYCHOSE.

Mais après on observe une baisse de qualité des films et "Pas de printemps pour Marnie " et "Topaze" seront des échecs;

En 1979 suite à des ennuis de santé, Alfred prend sa retraite

Toute l'œuvre d'Alfred Hitchock est construite autour de schémas psychanalytiques, même si, extérieurement, elle peut adopter les formes du récit policier ou d'espionnage.

De beaux films  :

SOUPCONS  (Suspicion), qui raconte comment une femme de la gentry britannique s'aperçoit que l'homme séduisant qu'elle a épousé en veut surtout à sa dot. Elle apprend qu'il s'est renseigné sur son assurance vie. La mort d'un homme, à laquelle son mari n'est sans doute pas étranger, changera peu à peu ses soupçons en une certitude angoissée.

Le thème de l'Ombre d'un doute (Shadow ) 1943) est comparable à celui de Soupçons: une jeune fille découvre que son oncle ne mérite pas l'adoration qu'elle lui voue ; on le soupçonne en effet d'être l'assassin de riches veuves. La jeune fille échappe par deux fois à des tentatives d'assassinat montées par cet oncle, qui va trouver la mort au cours de sa troisième tentative en tombant d'un rain en marche. On lui fera des obsèques grandioses : sa nièce et le policier tairont la vérité.
Les Enchaînés (Notorious, 1946) se présente comme un récit d'espionnage, mais son atmosphère faite de soupçons et de malaises le rattache directement au thriller. Le personnage interprété par Ingrid Bergman est celui de la victime idéale, incapable de lutter contre ses bourreaux. Par amour pour un agent secret américain nommé Delvin (Cary Grant), cette femme a épousé un ami de son père dans le seul but de l'espionner. Celui-ci est en effet un espion nazi réfugié en Amérique du Sud. Il s'aperçoit bien vite que son épouse l'a trahi; aidé par sa mère, une femme jalouse et fanatique, il la séquestre et tente de l'empoisonner. Delvin sauve la malheureuse au tout dernier moment — ce qui permet à Hitchcock de nous donner l'une des scènes les plus éblouissantes de toute l'histoire du cinéma. Retenons aussi le caractère érotique de la première séquence, au cours de laquelle les deux amants ne cessent de se caresser et de s'embrasser tout en téléphonant.
La Corde (The rope, 1948) se rattache tout à la fois à la tradition du crime parfait et à celle de l'acte gratuit. Deux jeunes gens en assassinent un troisième tout simplement parce qu'ils le jugent indigne de vivre. Ils le cachent dans une malle et invitent à une soirée  la fiancée et le professeur de leur victime. Au terme de cette soirée, le professeur, qui avait développé certaines théories pouvant justifier le meurtre, découvrira celui-ci.

Dans l'Inconnu du Nord-Express (Stangers on a rain, 1951), le thème du crime parfait est lié à celui du complexe d'Œdipe: Bruno Anthony, qui déteste son père, propose à Guy Hains, un champion de tennis qu'il a rencontré dans le train, de le tuer. En échange, il assassinera la femme de Hains.

 

PSYCHOSE  : le scénario est dû au talent de Joseph Stefano, nous montre un couple — Marion (Janet Leigh) et Sam (John Gavin) — qui ne peut se marier à cause d'une situation financière précaire. Presque malgré elle, Marion vole de l'argent à son patron et part rejoindre son amant. Prise de remords, elle commet maladresse sur maladresse et finit par s'arrêter dans un motel pour y passer la nuit. Elle fait alors la connaissance d'un étrange jeune homme (Anthony Perkins) qui tient le motel et en est l'unique habitant; très angoissé, maladivement timide et taciturne, il a l'inquiétante manie de collectionner des oiseaux empaillés. Au cours de la soirée, Marion est affreusement assassinée dans sa douche. Son amant et sa sœur, aidés par un détective et un shérif, auront du mal à comprendre ce qui s'est passé. Après avoir couru bien des dangers, ils finiront par découvrir l'assassin dans la personne du jeune gérant du motel, schizophrène souffrant d'un extraordinaire dédoublement de la personnalité.

LA MAISON DU DR EDWARDS , Alfred Hitchcock utilise des décors surréalistes — dus à l'imagination du peintre Salvador Dali — dans les séquences de rêve. A travers l'interprétation de ceux-ci, nous découvrirons peu à peu que le « docteur » Edwards, qui se fait passer pour un médecin psychiatre, est en fait un malade mental soupçonné d'avoir tué Edwards. Une doctoresse amoureuse de lui l'aidera à recouvrer la mémoire.

Dans Sueurs froides (Vertigo, 1958),  peut-être le chef-d'œuvre du genre, le scénario supposait l'irruption de l'inexplicable dans la vie quotidienne, banale et prosaïque, d'un policier en retraite (James Stewart).  Après la mort d'une femme qu'il a secrètement aimée — et qui est morte en conformité au destin de celle qui s'était réincarnée en elle —, un détective, déambulant par les rues à la poursuite des ombres qui peuplent sa mémoire, croit reconnaître certains traits de la disparue dans une jeune fille rencontrée par hasard. Il l'aborde et vit avec elle une insolite et douloureuse histoire d'amour au cours de laquelle il a l'impression de faire revivre, sur son visage, dans ses robes, dans tous les lieux où ils se trouvent, la femme aimée disparue.
Le dénouement apparaît, en un certain sens, banal. Il s'agit d'une seule et même femme. La mort avait été simulée et la « réincarnation » n'était donc qu'une illusion servant de paravent à une très quelconque histoire criminelle. Mais un revirement final, très hitchcockien, introduit de nouveau le mystère : comme par une étrange fatalité, la femme meurt, réellement cette fois, au même endroit et dans les mêmes circonstances que lors de sa « mort » précédente.

MARNIE :le thème du traumatisme infantile qui est évoqué : une enquête de type policier permettra à Marnie de se remémorer un événement tragique de son enfance, et ainsi de guérir de sa névrose.

 


NUMBER THIRTEEN  ... 1922
THE PLEASURE GARDEN  ...  1925
THE MOUNTAIN EAGLE  ... 1926

LES CHEVEUX D'OR...THE LODGER...1926
DOWNHILL   ... 1927

LE PASSE NE MEURT PAS...EASY VERTUE...1927

LE MASQUE DE CUIR...THE RING...1927
LAQUELLE DES TROIS ...   THE FARMER'S WIFE ... 1928

LAQUELLE DES TROIS...THE FARMER'S WIFE...1928

A L'AMERICAINE...CHAMPAGNE...1928

CHANTAGE...BLACKMAIL...1929

JUNO AND THE PAYCOCK...1930
ELSTREE CALLING ...1930
MEURTRE ... MURDER ...   1930
THE SKIN GAME   ...  1931
A L'EST DE SHANGHAI   ... RICH AND STRANGE ... 1931
NUMERO 17 ...   NUMBER SEVENTEEN ... 1932
LE CHANT DU DANUBE   ... WALTZES FROM VIENNA ...   1933
L'HOMME QUI EN SAVAIT TROP ...   THE MAN WHO KNEW TOO MUCH  .. 1934
LES 39 MARCHES  ...   THE 39 STEPS ..1935


AGENT SECRET   ... SABOTAGE    1936


QUATRE DE L'ESPIONNAGE ...   THE SECRET AGENT ... 1936
JEUNE ET INNOCENT  ...  YOUNG AND INNOCENT...1937


UNE FEMME DISPARAÎT    ...THE LADY VANISHES ...1938
L'AUBERGE DE LA JAMAIQUE   ... JAMAICA INN ... 1939
CORESPONDANT 17 ...   FOREIGN CORRESPONDENT .. 1940
REBECCA   ...  1940


JOIES MATRIMONIALES....MR ET MRS SMITH...1941
SOUPCONS  ...   SUSPICION     1941


LA CINQUIEME COLONNE    ...SABOTEUR    1942
L'OMBRE D'UN DOUTE  ...  SHADOW OF A DOUBT    1943
LIFEBOAT        1943
LA MAISON DU DR EDWARDS ...   SPELLBOUND    1945

LES ENCHAINES    ... NOTOURIOUS     1946


LE PROCES PARADINE  ...  THE PARADISE CASE    1947
LA CORDE   ... ROPE...    1948
LE GRAND ALIBI    ... STAGE FRIGHT ...   1949
LES AMANTS DU CAPRICORNE ...     UNDER CAPRICORN     1949
L'INCONNU DU NORD EXPRESS  ...   STRANGERS ON A TRAIN    1951
LA LOI DU SILENCE  ...  I CONFESS    1952

FENETRE SUR COUR  ...  REAR WINDOW    1954


LE CRIME ETAIT PRESQUE PARFAIT ...   DIAL M FOR MURDER...1954
LA MAIN AU COLLET   ...  TO CATCH A THIEF... 1955
L'HOMME QUI EN SAVAIT TROP    ... THE MAN WHO KNEW TOO MUCH  ...1955
MAIS QUI A TUE HARRY    ... THE TROUBLE WITH HARRY ...1955
LE FAUX COUPABLE   ...  THE WRONG MAN  ... 1956
SUEURS FROIDES   ... VERTIGO  ...1958
LA MORT AUX TROUSSES   ...  NORTH BY NORTHWEST ...1959
PSYCHOSE  ...   PSYCHO...1960
LES OISEAUX ...   THE BIRDS ...1963
MARNIE    ... PAS DE PRINTEMPS POUR MARNIE... 1964
PAS DE PRINTEMPS POUR MARNIE  ...  MARNIE      ...        1964
LE RIDEAU DECHIRE  ...   TORN CURTAIN     1966
L'ETAU ...       1969


FRENZY  ... 1972
COMPLOT DE FAMILLE  ...  FAMILY PLOT  ...1976

                                                  

ALFRED HITCHCOCK

ALFRED HITCHCOCK

Tag(s) : #REALISATEUR

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :