BILLY WILDER

Publié le par cinestranger

BILLY WILDER

Humoriste féroce, Samuel (dit Billie, puis Billy) Wilder appartient, avec Otto Preminger et Joseph L. Mankiewicz, à cette brillante école de cinéastes qui a grandi dans le giron d'Ernst Lubitsch. Spécialisé vers la fin de sa carrière dans la comédie, Wilder est cependant un cinéaste divers, un des créateurs du film noir "Assurance sur la mort" et auteur d'une des plus profondes mises en abyme sur Hollywood "Sunset Boulevard".Il a été considéré comme l'un des réalisateurs qui ont rapporté le plus d'argent à Hollywood et a été le seul cinéaste à avoir su manier avec une grande maîtrise  touts les formes d'humour :

féroce, noir et délirant.Il s'est servi de cet humour pour attaquer ls société américaine dépeinte sans complaisance.Billy Wilder est né le 22/06/1906 et est décédé le 27/03/2002.
Il est né à Sucha localité aujourd'hui polonaise.Sa mère l'a surnommé BILLY en hommage à Buffalo Bill.


En 1914 la famille s'implante à Vienne; Il opte pour le journalisme en 1924 et va à Berlin.Étudiant en droit, danseur mondain, puis journaliste, Billy Wilder travaille enfin à la UFA où il récrit des scénarios. Il collabore comme scénariste pour "Les Hommes le dimanche" de Robert Siodmak et Edgar Ulmer. Ce succès lui vaut d'écrire de nombreux films à succès. Mais il va bientôt suivre l'itinéraire de plusieurs émigrés allemands. Il va quitter Berlin pour Paris. Il y réalise son premier film," Mauvaise graine" . En 1934 il s'exile aux USA face à l'arrivée d'Hitler.

Il apprend l'anglais et le maîtrise à une incroyable vitesse (mais il gardera toujours un savoureux accent) et se retrouve à travailler pour des amis émigrés comme Joe May ou William Dieterle. Il collabore avec Charles Brackett à ses scénarios les plus célèbres, deux pour Lubitsch {la Huitième Femme de Barbe-Bleue, Ninotchka), un pour Hawks (Boule de feu), trois pour Mitchell Leisen (la Baronne de Minuit, Par la porte d'or, Arise My Love). Sur la foi de ces succès, Billy Wilder va convaincre la Paramount de le laisser passera la réalisation. Entre Uniformes et jupons courts et Sunset Boulevard, il réalisera six films qu'il écrira avec Charles Brackett.


Dans cette première partie de son œuvre, la spécialisation dans la comédie ne s'affirme pas immédiatement. En fait, si l'on excepte le succès de leur premier film, il n'y aura que deux comédies." La Valse de l'empereur" est très traditionnel et Billy Wilder ne l'aime guère. "La Scandaleuse de Berlin" est éblouissant, mais ne fut guère apprécié en son temps : réalisé trois ans après la libération de Berlin, cette comédie grinçante qui met en scène la maîtresse d'un ancien nazi, le trafic de marché noir avec l'armée américaine, dans le décor d'un Berlin encore éventré, avait de quoi prendre à rebrousse-poil. Il s'agit cependant d'une œuvre essentielle, qui fonde la base du comique de Wilder: rire d'un sujet grave en se demandant jusqu'au bout à quel point il est possible d'aller trop loin.
Wilder signera d'autres œuvres fortes, mais dans des registres différents. On retiendra "Assurance sur la mort" , film noir arché-typique, qui crée une mémorable tueuse blonde (Barbara Stanwyck) et qui témoigne d'une technique brillante (flashbacks, plans-séquences complexes). Si le "Poison", sur la question de l'alcoolisme, possède un côté moralisateur qui a vieilli,"Sunset Boulevard", dernière collaboration de Wilder et Brackett, est un grand chef-d'œuvre. Wilder y met en scène des mythes cinématographiques (Gloria Swanson, Erich von Stroheim, Buster Keaton, Cecil B. De Mille) et obtient ainsi un saisissant effet de trompe-l'œil : cette fiction sur le rôle mortifère du cinéma offre un vertigineux jeu de miroirs (le dernier plan, Swanson folle s'avançant vers l'objectif).


Travaillant avec d'autres scénaristes, Wilder traverse alors une dizaine d'années de transition. Son inspiration reste sombre, tant dans la comédie (Stalag 17, qui traite de la débrouillardise au cœur d'un stalag) que dans le drame (le Gouffre aux chimères, charge acerbe contre le journalisme à sensation). Mais il y dévoile aussi la part romantique de lui-même avec deux ravissantes comédies avec Audrey Hepburn : "Sabrina" et ""Ariane". Wilder joue également un rôle dans l'élaboration du mythe de Marilyn Monroe avec "Sept ans de réflexion" et signe la meilleure adaptation d'Agatha Christie à l'écran (Témoin à charge).
En réalisant un autre film décisif avec Marilyn Monroe, "Certains l'aiment chaud", Billy Wilder crée une des plus grandes comédies de l'histoire du cinéma et se trouve un interprète d'élection, Jack Lemmon, et un nouvel alter ego scénaristique en la personne d'I. A. L. Diamond. Leur collaboration, presque uniquement centrée sur la comédie (à l'exception de Fédora qui revient au thème de Sunset Boulevard) part comme un feu d'artifices. Le rythme des films s'accélère. Les tabous tombent et les réussites artistiques s'accumulent." La Garçonnière" se maintient au même niveau de qualité que Certains l'aiment chaud et réalise pleinement ce mélange de noirceur et de romantisme qui caractérise Wilder dans cette dernière phase de son œuvre. Un deux trois répond à la Scandaleuse de Berlin: une comédie autour de l'érection du mur de Berlin. Embrasse-moi, idiot bouscule les mœurs conjugales américaines et provoque un scandale.
"Avanti!" et" la Vie privée de Sherlock Holmes" constituent de nouveaux sommets, des œuvres pleines de sens, drôles et mélancoliques à la fois. Le second, bien qu'amputé, est un des chefs-d'œuvre de Wilder: moins iconoclaste qu'on aurait pu le penser, il reste fidèle à l'esprit d'Arthur Conan Doyle. Le dernier plan du film, mélancolique, est une manière d'aveu : une ombrelle qui s'ouvre et se ferme, épelant en morse un message d'amour. L'œuvre de Wilder, le faux cynique, est ainsi codée.
Billy Wilder était un grand collectionneur d'oeuvres d'art ( Picasso, Grosz...)
Il fumait 4 paquets de cigarettes par jour.


Kirk Douglas a écrit sur lui :


Je pris un grand plaisir à travailler avec Billy Wilder. C'est un grand metteur en scène, un grand écrivain et un merveilleux conteur. Il disait toujours des choses étonnantes, et touchait souvent la vérité par le biais de la plaisanterie.

Il racontait par exemple l'histoire de la distribution de The Défiant Ones (La chaîne), un film dans lequel un Noir et un Blanc (ce furent finalement Sidney Poitier et Tony Curtis) étaient enchaînés ensemble. « D'abord, racontait Billy Wilder, on demanda à Marlon Brando de jouer dans le film. Marlon accepta, mais il voulait jouer le rôle du Noir. Ils s'adressèrent ensuite à Robert Mitchum, mais celui-ci répondit: "Que dalle! Je vais quand même pas jouer dans un film avec un nègre !" Ils se tournèrent alors vers KIRK DOUGLAS qui lui déclara :"D'accord mais je veux jouer les deux rôles" .

AUVAISE GRAINE 1933
UNIFORMES ET JUPONS COURTS... THE MAJOR AND THE MINOR 1942
LES CINQ SECRETS DU DESERT ... FIVE GRAVES TO CAIRO 1943
ASSURANCE SUR LA MORT... DOUBLE INDEMNITY 1944

LE POISON ... THE LOST WEEK-END 1945
LA VALSE DE L'EMPEREUR ... THE EMPEROR WALTZ 1948
A FOREIGN AFFAIR 1948
BOULEVARD DU CREPUSCULE ... SUNSET BOULEVARD 1950
LE GOUFFRE AUX CHIMERES ... THE BIG CARNAVAL 1951

STALAG 17 1953
SABRINA 1954


7 ANS DE REFLEXION... THE SEVEN YEAR ITCH 1955

L'ODYSSEE DE CHARLES LINDBERG ... THE SPIRIT OF SAINT LOUIS 1956
ARIANE ... LOVE IN THE AFTERNOON 1957
TEMOIN A CHARGE ... WITNESS FOR THE PROSECUTION 1957
CERTAINS L'AIMENT CHAUD ... SOME LIKE IT HOT 1959

LA GARCONNIERE ... THE APARTMENT 1960
UN DEUX TROIS ... ONE TWO THREE 1961
IRMA LA DOUCE 1963
EMBRASSE MOI IDIOT ... KISS ME STUPID 1964

LA GRANDE COMBINE ... THE FORTUNE COOKIE 1966
LA VIE PRIVEE DE SHERLOCK HOLMES ... THE PRIVATE LIFE OF SHERLOCK HOLMES 1970
AVANTI 1972
SPECIALE PREMIERE ... THE FRONT PAGE 1974

FEDORA 1977
BUDDY BUDDY 1981

 

BILLY WILDER

BILLY WILDER

Publié dans REALISATEUR

Commenter cet article