" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

GENE HACKMAN est né le 30 janvier 1930, fils d’un journaliste qui abandonna le domicile conjugal lorsqu’il avait 13 ans. Enfant, il caresse déjà l’ambition de devenir acteur. Mais sa timidité le paralyse, au point qu’il attendra son retour du service militaire pour concrétiser son rêve.
A 16 ans, à l’étroit dans sa vie provinciale, il ment sur son âge et entre dans les marines, en qualité d’opérateur radio. Il est à Shanghai, en 1948-1949, lorsque les troupes communistes de Mao Tsé-toung en chassent les banquiers et les étrangers. Rendu à la vie civile au bout de trois ans, il entame des études de journalisme. Six mois suffiront à l’en décourager.
Profitant d’une bourse allouée aux anciens G.Is, il s’inscrit alors à la Pasadena Playhouse, une célèbre école d ‘art dramatique de Los Angeles, où, avec son condisciple Dustin Hoffman, il entrera dans les annales de l’établissement pour avoir obtenu la note la plus basse jamais décernée. D’ailleurs, il est refusé en deuxième année, avec la mention infamante "aucun avenir artistique ". Une remarque qui vaut également pour son camarade, qui vient le rejoindre à New York, où il s’est entretemps installé.

Nous sommes en 1952,et les deux compagnons de chambrée ne voient effectivement pas leur avenir sur les planches avec optimisme. De cinéma, il n’est même pas question.
A l’époque, son modèle est Marlon Brando, dont il a admiré le naturel dans " Un tramway nommé Désir " et qu’il s’efforcera d’égaler.

1964 est l’année de sa première percée, avec la pièce " Any Wednesday ", dont il partage l’affiche avec Sandy Dennis. Comme la chance se présente rarement seule, il se lie simultanément d’amitié avec Warren Beatty sur le plateau de " Lilith".

Beatty qui lui arrachera, trois ans plus tard, un second rôle dans " Bonnie and Clyde ", mettant ainsi sa carrière sur les rails. Il attendra toutefois

" French connection" pour être délivré des rôles de faire-valoir dans lesquels le cantonne encore sa silhouette banale et sans âge.
Sous l' aspect d’un agent fédéral borné et entêté, coiffé d’un chapeau trop petit et répondant au nom ridicule de « Popeye », il s’offre tout à la fois une identité, la reconnaissance du public ,un Oscar, qui l’assureront d’une rente à vie dans l’industrie cinématographique.

Dans la foulée, " L’épouvantail" », en tandem avec un Al Pacino et " Conversation secrète",
qu’il a repris à Marlon Brando, raflent, deux années consécutives, la Palme d’or au Festival de Cannes.
An début des années 1970, 
GENE HACKMAN  est l’acteur en vue. Tant par son omniprésence sur les écrans que par la diversité de ses
rôles, où se reconnaissent le cinéphile aussi bien que l’amateur de pur divertissement. Son art, c’est l’économie de mouvements dans l’expression de la complexité des émotions. Comme un Clint Eastwood, il pratique avec efficacité le minimalisme. Les seuls moments où il s’abandonne, c’est dans la comédie. Dans le conquérant mégalomane de "Superman ",  ou encore dans le patriarche 

de « La famille Tenenbaum » .  Mais, à la fin de la décennie, le doute s’est instillé en lui. Il craint de se répéter. Il se retire dans le nord de la Californie, peint (son hobby) et confine son activité à de petites compagnies de théâtre provinciales. Une orientation qui trouve vite ses limites, et dont viendra le tirer Warren Beatty, encore lui.

Les deux décennies suivantes confirment sa prééminence dans les rôles de personnages infréquentables, d’autant plus efficaces que rien de leur malignité ne transparaît dans son physique ordinaire. Il refusera pourtant le plus terrifiant d’entre tous, Hannibal Lecter, que récupérera Anthony Hopkins. Sur les plateaux, il s’est fait une réputation d’acteur difficile. Moins par ses caprices que par son souci obsessionnel de la perfection. Avec John Frankenheimer, il aura des frictions sur le tournage de " French connection II ".
Hugh Grant dira son appréhension à la - veille d’être son partenaire (" Mesure d’urgence "). Et Tony Scott, qui le dirigera à deux reprises, parlera de "sa rage intérieure". Au point qu’il s’est gagné le surnom de « Vésuve », tant on craint ses éruptions sporadiques.
Néanmoins, son apparente banalité en fait un comédien recherché. Même s’il ne cesse de s’interroger sur les rôles qu’il endosse. Ainsi le raciste condamné à mort de " L’héritage de la haine ", dont les diatribes contre les Noirs et les juifs lui resteront plus d’une fois en travers de la gorge. Ou, à la sortie de " Mississippi burning ", ces soupçons de complaisance à l’égard du FBI, qu’il ressentira, lui le démocrate, comme autant d’attaques personnelles.
Car, si l’homme a l’obsession du travail bien fait et la tête près du bonnet, il a aussi une réputation d’intégrité et de modestie.
C’est d’ailleurs pour se soustraire à l’ambiance délétère de l’univers du showbiz qu’il s’est établi, depuis vingt ans, au Nouveau-Mexique avec sa seconde épouse. Pas de crainte, dans son cas, que l’éloignement fasse le lit de l’oubli. Dans la comédie ou dans le thriller, il y a toujours un scénariste ou un réalisateur pour superposer sa silhouette passe-partout à l’un des personnages. Cinquante ans après avoir
partagé un garni avec lui, il s’est même retrouvé, pour la première fois, à l’affiche d’un film avec Dustin Hoffman,
" Le maître du jeu ".
Dans la carrière de
GENE HACKMAN , le temps a toujours été un facteur favorable.Mais depuis 2003 il ne tourne plus car il a été touché par la maladie . Il s'est donc retiré dans une retraite un peu forcée.

 

BURT BALABAN   ...  MAD DOG COLL..    1961
ROBERT ROSSEN  ...   LILITH...    1964
GEORGE ROY HILL  ...   HAWAII   ...  1966
LAMONT JOHNSON...      A COVENANT WITH DEATH  ...    A COVENANT WITH DEATH   ...  1967
CHRISTIAN NYNY ....    CHEF DE PATROUILLE   ...  FIRST TO FIGHT   ... 1967
RON WINSTON ...    LES PORTES CLOSES   ... BANNING  ...  1967
ARTHUR PENN  ...   BONNIE AND CLYDE   ...  BONNIE AND CLYDE   ...  1967
GORDON FLEMYNG  ...   LE CRIME C'EST NOTRE BUSINES  ...  THE SPLIT GORDON FLEMYNG ...   1968
BUZZ KULIK  ...   LA MUTINERIE  ...   RIOT...    1968
JOHN FRANKENHEIMER  ...   LES PARACHUTISTES ARRIVENT...   THE GYPSY MOTHS   ... 1969
MICHAEL RITCHIE ....    LA DESCENTE INFERNALE  ...   DOWNHILL RACER  ...  1969
JOHN STURGES ...    LES NAUFRAGES DE L'ESPACE  ...   MAROONED ...   1969


GILBERT CATES  ...   I NEVER SANG FOR MY FATHER  ....  1970
GEORGE SCHAEFER ...    FEMMES DE MEDECINS  ...   DOCTOR'WIVES   ... 1970
DON MEDFORD  ....   LES CHAROGNARDS  ... THE HUNTING PARTY ...   1971
WILLIAM FRIEDKIN...FRENCH CONNECTION ...    THE FRENCH CONNECTION ...  1971


BILL L NORTON  ....   CISCO PIKE...     CISCO PIKE ....   1971
MICHAEL RITCHIE  ....   CARNAGE  ...   PRIME CUT  ...  1972
RONALD NEAME ...    L'AVENTURE DU POSEIDON  ...    THE POSEIDON ADVENTURE ...    1972
JERRY SCHATZBZRG...      L'EPOUVANTAIL  ...   SCARECROW    ...1973


FRANCIS FORD COPPOLA  ...    CONVERSATION SECRETE  ...   THE CONVERSATION    ... 1974


JAN TROEL ...    ZANDY'BRIDE  ...   .   1974
MEL BROOKS  ...    FRANKENSTEIN JUNIOR  ...  YOUNG FRANKENSTEIN  ...  1974
ARTHUR PENN ...    LA FUGUE  ...  NIGHT MOVES...    1975
RICHARD BROOKS  ...  LA CHEVAUCHEE SAUVAGE...     BITE THE BULLET  ...   1975
JOHN FRANKENHEIMER...     FRENCH CONNECTION 2     ...ESCAPE TO AHENA   ... 1975
STANLEY DONEN   ...  LES AVENTURIERS DU LUCKY LADY ..    LUCKY LADY  ...  1975


STANLEY KRAMER  ...   LA THEORIE DES DOMINOS  ....   THE DOMINO PRINCIPLE ...    1977
RICHARD CAPLAN  ..   A LOOK AT LIV    ...  1977
RICHARD ATTENBOROUGH  ...  UN PONT TROP LOIN   ...  A BRIDGE TOO FAR ...  1977
DICK RICHARDS ...    IL ETAIT UNE FOIS LA LEGION  ...   MARCH OR DIE...     1977


RICHARD DONNER ......    SUPERMAN ...  1978
JOHN GLEN  ...   FORMULA 1 FEBBRE DELLA VELOCITA MARIO MORRA     ...    1978
RICHARD LESTER   ...   SUPERMAN 2   ...    1980
JEAN CLAUDE TRAMAONT ...   LA VIE EN MAUVE   ...  ALL NIGHT LONG ...   1980


WARREN BEATTY   ...  REDS    ...   1981
NICHOLAS ROEG     ... EUREKA ....     1982
ROGER SPOTTISWOODE   ...    UNDER FIRE  ...  1983
TED KOTCHEFF   ...  RETOUR VERS L'ENFER  ...   UNCOMMON VALOR ...   1983
JERRY SCHATZBERG     BESOIN D'AMOUR     MISUNDERSTOOD   ... 1983
JOHN HERZFZLD     ...  SECONDE CHANCE   ... 1983
ARTHUR PENN  ...    TARGET   ...  1984
BUD YORKIN    ... SOLEIL D'AUTOMNE   ...  TWICE A LIFETIME   ... 1985
SIDNEY LUMET...    LES COULISSES DU POUVOIR  ...   POWER...    1985
DAVID ANSPAUGH    ... HOOSIERS     ...  1986
SIDNEY J FURIE  ...    SUPERMAN 4   ...  SUPERMAN 4 THE QUEST FOR PEACE  ...  1986
ROGER DONALDSON  ...   SENS UNIQUE   ...  NO WAY OUT  ...   1987


PETER MATERSON  ...   PLEINE LUNE SUR BLUE WATER ...    FULL MOON IN BLUE WATER ...   1988
DAVID DRURY  ...   SPLIT DECISIONS   ...   1988
PETER MARKLE  ...  AIR FORCE BAT 21    ...    1988
ALAN PARKER   ...  MISSISSIPPI BURNING  ...    1988


WOODY ALLEN   ...  UNE AUTRE FEMME  ...   ANOTHER WOMAN ...   1988
ANDREW DAVIS  ...   OPERATION CREPUSCULE  ...   THE PACKAGE    1989
MIKE NICHOLS  ...   BONS BAISERS DE HOLYWOOD  ...  POSTCARDS FROM THE EDGE   ... 1989
PETER HYAMS   ...   LE SEUL TEMOIN ...    NARROW MARGIN  ..   1989


BOB CLARK ...   LOOSE CANNONS  ...    1989


MICHAEL APTED  ...   AFFAIRE NON CLASSEE   ... CLASS ACTION  ...  1990
NICHOLAS MEYER   ...   COMPANY BUSINESS    ...  1991
CLINT EASTWOOD   ...   IMPITOYABLE   ...  UNFORGIVEN    ...1991
SYDNEY POLLACK ...    LA FIRME ...    THE FIRM  ...   1992


WALTER HILL   ...  GERONIMO...     AN AMERICAN LEGEND GERONIMO ...   1993
LAURENCE KASDAN   ...  WYATT EARP   ... 1993
SAM RAIMI  ...    MORT OU VIF...     THE QUICK AND THE DEAD  ...   1993
TONY SCOTT  ...   USS ALBAMA ...   CRIMSON TIDE ...   1994
BILL COUTURIE  ...   EARTH AND THE AMERICAN DREAM    ...   1994
BARRY SONNENFELD    ...  STARS ET TRUANDS   ...  GET SHORTY ...   1995
MIKE NICHOLS ...    THE BIRDCAGE    ...   1995
JAMES FOLEY ...    L'HERITAGE DE LA HAINE...     THE CHAMBER ...    1996
MICHEAL APTED   ...  MESURE D'URGENCE ...   EXTREME MEASURES   ...  1996
CLINT EASTWOOD  ...    LES PLEINS POUVOIRS   ...  ABSOLUTE POWERS ...   1996
OBERT BENTON   ...  L'HEURE MAGIQUE ...   TWILIGHT   ... 1996
TONY SCOTT  ...   ENNEMI D'ETAT  ...  ENEMY OF THE STATE...    1997
STEPHEN HOPKINS ...    SUSPICION     UNDER SUSPICION...     1999
HOWARD DEUTCH    ...  THE REPLACEMENTS  ...   1999


DAVID MIRKIN ...    BEAUTES EMPOISONNEES ...    HEARTBREAKERS ...   2000


DAVID MAMET    ...  HEIST BRAQUAGES  ...  BRAQUAGES...    2000
JOHN MOORE   ...   EN TERRITOIRE ENNEMI  ...  BEHIND ENEMY LINES  ...  2000


GORE VERBINSKI  ...   LE MEXICAIN     ...THE MEXICAN  ...   2000
WES ANDERSON  ...   LA FAMILLE TENENBAUM 1...     THE ROYAL TENENBAUMS ..   2001
GARY FLEDER  ...    LE MAITRE DU JEU  ...  RUNAWAY JURY ...   2001
DONALD PETRIE   ...  BIENVENUE A MOOSEPORT  ...  WELCOME TO MOOSEPORT...    2003

GENE HACKMAN

GENE HACKMAN

Tag(s) : #ACTEURS

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :