" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Acteur américain né le 01/02/1901 décédé le 16/11/1960 d'une crise cardiaque.

Il était né William Clark Gable, à    Cadiz (Ohio), le 1 février 1901.

 

 La première femme à laisser son empreinte est sa mère, qui décède alors qu’il n’a que dix mois. Deux ans plus tard, cette perte est compensée par la seconde épouse de son père, Jennie Dunlap, qui le gâtera comme un dieu.« Le plus beau jour de ma vie est celui où j’ai rencontré ma belle-mère », dira-t-il. Pourtant, elle aussi devait mourirprématurément, quinze ans plus tard. Nombreux seront ceux à prétendre que, toute sa vie, il n’aura cherché auprès des femmes que des mères de substitution. N’appelait-il pas affectueusement Carole Lombard « Ma » .

 

Ouvrier dans une usine de pneumatiques de l’Ohio, il découvre le théâtre par le biais d’une troupe d’amateurs. Sa première réplique est « Madame, votre taxi vient d’arriver ». Air buté, oreilles en feuilles de chou, dents écartées, sourcils trop épais, il ne laisse encore rien deviner de la star qu’il deviendra un jour, hormis une ambition sans bornes et une aptitude au travail qui en fera l’un des poulains les plus dociles de l’écurie MGM. Pour l’heure, il poursuit, sciemment ou non, son ascension par les femmes. Celle du moment est une comédienne de son âge, Franz Doerfier. Elle corrigera son accent,l’initiera à Shakespeare et lui décrochera des figurations chaque fois qu’elle le pourra. Une dévotion qui n’empêche pas Gable de la planter là le jour où il croise la route de Josephine Dillon, de onze ans son aînée. Comédienne, "Jennie " est également professeur d’art dramatique et d’emblée devine en lui un potentiel de star, en dépit de ses disgrâces physiques. Elle va le prendre en main, payer ses frais de dentisterie, recourir à un coiffeur pour discipliner cheveux et sourcils, lui apprendre à poser la voix et lui recommander l’adoption de " Clark " comme prénom de scène. Au cours de l’été 1924, elle l’entraîne à Hollywood.Avant Noèl, ils seront mariés. 

Durant les six années qui les séparent de leur divorce, Josephine Dillon va confiner son mari dans des rôles d’extras, afin qu’il puisse observer à loisir et s’inspirer du jeu des autres. En 1930, dans la pièce "The last mile ", il s’est acquis suffisamment de technique pour impressionner Lionel Barrymore, qui l’invite à passer une audition pour un film dans les mers du Sud. En sarong et une  fleur d’hibiscus coincée derrière l’oreille, il est si ridicule que Darryl Zanuck hurle : " Sortez-moi ce singe. "
Mais, là où les hommes le lâchent, touiours une femme pour lui tendre un filet. En I’ occurrence l’agent Minna
Wallis, qui lui obtient un rôle dans le western " Le désert rouge ".

Avec "Quand on est belle ",c’est le début d’une irrésistible ascension.
Entre-temps, Clark Gable a épousé Ria Langham , une riche divorcée texane de dix- sept ans son aînée, qui va investir les dernières friches,en  ouvrant son carnet d'adresses et son compte en banque, en l' initiant au golf et aux mondanités. Bref, en faisant de lui un gentleman . Seul Jack Wamet ne croyait toujours pas à son avenir. Une erreur qui profitera à la MGM, qui devait le garder sons contrat jusqu’en 1954. Une fois dans le giron du plus prestigieux studio  , c’est encore aux femmes, ses partenaires à l’écran et souvent au lit, qu’il devra sa popularité et son éclat.  Jean Harlow d’abord, son alter ego dans six films, avant que la mort ne vienne la cueillir à l’âge de 26 ans .

" La belle de Saigon " (1932) sera l’un des  gros succès de Gable, au point qu’il reprendra son rôle, deux décennies plus tard, dans " Mogambo ". Joan Crawford, ensuite, son  amante dans quelque huit films et au_delà, avant que Carole Lombard n’entre en scène. Plus platoniquemeut,Norma Shearer, la femme d'Irving Thalberg (trois films), Myrna Loy (sept films) et Marion Davies (deux films), la maîtresse du magnat de la presse William Randolph Hearst. La seule sur laquelle son charme demeurera inopérant sera GretaGarbo , qui jugera son jeu" figé".

Au palmarès de ces années fastes, trois films phare. "New York -Miami "(1934) qui lui vaudra l' Oscar et le titre envié de "The King ". Dans une scène demeurée célèbre, après que l’on eut découvert qu’il ne portait pas de maillot de corps sous sa chemise, la vente des sous_vêtements masculins connut une chute brutale. " L’ appel de la forêt " (1935), à l’origine de la naissance sa fille adultérine avec sa partenaire Loretta Young
 dont l’un et l 'autre garderont le secret pendant vingt ans.
« Les révoltès du Bounty », enfin, Oscar du meilleur film en 1935, et qui verra, pour la dernière fois, Clark Gable sans sa célèbre moustache.Entre-temps, il s’est fait recoller les oreilles. 

 

 

"Autant en  emporte le vent ».  devait marquer le zénith de cette décennie prodigieuse. Si la quête de la Scarlett idéale allait durer plusieurs mois, il était clair effectivement, et dans les yeux de la romancière Margaret Mitchell et dans ceux du public, que Rhett Butler ne pouvait s’incarner qu’en Gable. Comme un bonheur n’arrive jamais seul, il épouse, cette même aimée, sa toute dernière passion, Carole Lombard, dont il avait pourtant été le partenaire, sept ans plus tôt, dans " Un mauvais garçon ". Mais il était écrit que le destin se montrerait désormais moins favorable à son égard.
Faute de femmes, peut-être, pour amortir sa chute. Le 16 janvier 1942, en effet, alors qu’elle parcourt le pays pour réunir des fonds destinés à l’effort de guerre, Carole Lombard meurt dans un accident d’avion. Une tragédie pour  ce quadragénaire brutalement renvoyé à sa solitude. Dans un télégramme quelle lui avait envoyé juste avant de s' envoler, elle l'avait encouragé à s’engager. II s’exécutera, ne revenant du théâtre européen qu’à la fin de l’année 1944 avec le grade de major. Hitler, dit-on, concevait une telle admiration pour la star qu’il avait promis une récompense à quiconque le capturerait vivant.
Trois années d’absence et la montée en première ligne d’une nouvelle génération rendront son retour à HolIywood difficile. S’ils sont d’honorables succès commerciaux, ses films n’ont plus la qualité de ceux qu’on lui proposait avant-guerre, malgré la séduction de "Marchands d’illusions " ou de "La clef sur la porte ", où il retrouve la mère
de sa fille secrète, Loretta Young. En 1949, il commet l’erreur de convoler pour la quatrième fois. Avec Sylvia Ashley, la veuve de Douglas Fairbanks. Une union éphémère (1949-1952), mais il paiera le prix fort—250.000 dollars — pour s’en libérer. A la même époque, une révolution de palais place à la tête de la MGM Dore Schary, qui assainit la trésorerie et ne renouvelle pas son contrat. Paradoxalement, cette mise en disponibilité va donner un coup d’aiguillon à sa carrière, proba blement stimulé par sa cinquième épouse (1955), Kay Williams Spreckels de seize ans sa cadette, qui lui donnera un fils posthume. Le 16 novembre 1960, en effet, après l’éprouvant tournage des "Désaxés ", plombé par des températures de 40 à 45°C et les retards quotidiens de Marilyn Monroe,
Rhett Butier succombe à une crise cardiaque, quatre mois avant la naissance de son fils unique. Sa veuve ne devait lui survivre que vingt-trois ans.




ERNST LUBITSCH ... FORBIDDEN PARADISE 1924
WESLEY RUGGLES...THE PACEMAKERS 1925
ERICH VON STROHEIM ... LA VEUVE JOYEUSE ...THE MERRY WIDOW 1925
WESLEY RUGGLES ... THE PLASTIC AGE 1925
PAUL POWELL ...NORTH STAR 1925
HOWARD HIGGIN ... THE PAINTED DESERT 1931
JACK CONWAY...QUAND ON EST BELLE ... THE EASIEST WAY 1931
HARRY BEAUMONT ... LA PENTE ...DANCE FOOLS DANCE 1931
GEORGE HILL TRIBUNAL SECRET THE SECRET SIX 1931
JOHN FRANCIS DILLON... THE FINGER POINTS 1931


HARRY BEAUMONT ... LA PECHERESSE ... LAUGHING SINNERS 1931
CLARENCE BROWN ...AMES LIBRES ...A FREE SOUL 1931
WILLIAM A WELLMAN ... NIGHT NURSE 1931
CHARLES BRABIN ...SPORTING BLOOD 1931
ROBERT Z LEONARD...COURTISANE... SUSAN LENNOX 1931
 

CLARENCE BROWN...FASCINATION ... POSSESSED 1931

 

GEORGE HILL ...LES TITANS DU CIEL ...HELL DIVERS 1931

ALFRED SANTELL ...POLLY OF THE CIRCUS ... POLLY OF THE CIRCUS 1932

VICTOR FLEMING ...LA BELLE DE SAIGON ... RED DUST 1932

ROBERT Z LEONARD ...ETRANGE INTERLUDE ...STRANGE INTERLUDE 1932

WESLEY RUGGLES ... UN MAUVAIS GARCON... NO MAN OF THER OWN 1932

VICTOR FLEMING ... LA SOEUR BLANCHE ... THE WHITE SISTER 1933

SAM WOOD ... DANS TES BRAS ... HOLD YOUR MAN 1933

CLARENCE BROWN...VOL DE NUIT ... NIGHT FIGHT 1933

ROBERT Z LEONARD ...LE DEMON DE LA DANSE ... DANCING LADY 1933

FRANK CAPRA ...NEW YORK MIAMI ... IT HAPPENED ONE NIGHT 1934


RICHARD BALESLAVSKY ...LES HOMMES EN BLANC... MEN IN WHITE 1934
W S VAN DYKE ...ENNEMI PUBLIC N°1 ...MANHATTAN MELODRAMA 1934

CLARENCE BROWN ... LA PASSAGERE ... CHAINED 1934

W S VAN DYKE ...SOUVENT FEMME VARIE ...FORSAKING ALL OTHERS 1934
ROBERT Z LEONARD...CHRONIQUE MONDAINE ... AFTER OFFICE HOURS 1935
WILLIAM A WELLMAN ...L'APPEL DE LA FORET ...CALL OF THE WILD 1935
TAY GARNETT ... LA MALLE DE SINGAPOUR ...CHINA SEAS 1935
FRANK LLYOD... LES REVOLTES DU BOUNTY... MUTINY ON HE BOUNTY 1935

CLARENCE BROWN...SA FEMME ET SA DACTYLO ... WIFE VENUS SECRETARY 1936

W S VAN DYKE ...SAN FRANCISCO ... SAN FRANCISCO 1936
LLYOD BACON ... CAIN ET MABEL...CAIN AND MABEL 1936
W S VAN DYKE ...LOUFOQUE ET CIE ...LOVE ON THE RUN 1936
JOHN M STAHL ...UN GRAND TRIBUN ...PARNELL 1937
JACK CONWAY...SARATOGA 1937
VICTOR FLEMING ... PILOTE D'ESSAI ... TEST PILOT 1938
JACK CONWAY ... UN ENVOYE SPECIAL ... TOO HOT TO HANDLE 1938

CLARENCE BROWN...LA RONDE DES PANTINS ... IDIOT'S DELIGHT 1939

VICTOR FLEMING ... AUTANT EN EMPORTE LE VENT... GONE WITH THE WIND 1939

FRANK BORZAGE... LE CARGO MAUDIT... STRANGE CARGO 1940
JACK CONWAY... LA FIEVRE DU PETROLE ... BOOM TOWN 1940
KING VIDOR... CAMARADE X COMRADE X 1940

CLARENCE BROWN...L'AVENTURE COMMENCE A BOMBAY...THEY MET IN BOMBAY 1941

JACK CONWAY ... FRANC JEU .... HONKY TONK 1941
WESLEY RUGGLES ...JE TE RETROUVERAI ... SOMEWHERE I'LL FIND YOU 1942

VICTOR FLEMING ... L'AVENTURE ... ADVENTURE 1945
JACK CONWAY .. MARCHANDS D'ILLUSIONS...THE HUCKSTERS 1947
MERVYN LEROY... LE RETOUR HOMECOMING 1948
SAM WOOD TRAGIQUE DECISION ...COMMAND DECISION 1948
MERVYN LEROY... FAITES VOS JEUX ... ANY NUMBER CAN PLAY 1949
GEORGE SIDNEY ...LA CLEF SOUS LA PORTE ... KEY TO THE CITY 1949

CLARENCE BROWN... POUR PLAIRE A SA BELLE ... TP PLEASE A LADY 1950

WILLIAM A WELLMAN ... AU DELA DU MISSOURI ... ACROSS THE WIDE MISSOURI 1951
NORMAN PANAMA ... UNE VEDETTE DISPARAIT ...CALLOWAY XENT THATAWAY 1951
VINCENT SHERMAN ... L'ETOILE DU DESTIN .. LONE STAR 1952
DELMER DAVES ... NE ME QUITTE JAMAIS ...NEVER LET ME GO 1953
JOHN FORD ... MOGAMBO ... MOGAMBO 1953
GOTTFRIED REINHARDT ...VOYAGE AU DELA DES VIVANTS ... BETRAYED 1954
EDWARD DMYTRYK ... LE RENDEZ VOUS DE HONG KONG... SOLDIER OF FORTUNE 1955
RAOUL WALSH ... LES IMPLACABLES ... THE TALL MEN 1955


RAOUL WALSH  ... LE ROI ET QUATRE REINES ...THE KING AND FOUR QUEENS 1956
RAOUL WALSH  ... L'ESCLAVE LIBRE ... BAND OF ANGELS 1957
ROBERT WISE ... L'ODYSSEE DU SOUS MARIN NERKA ... RUN SILENT RUN DEEP 1958
GEORGE SEATON ... LE CHOUCHOU DU PROFESSEUR...TEACHER'S PET 1958


WALTER LANG... LA VIE A BELLES DENTS ... BUT NOT FOR ME 1958
MELVILLE SHAVELSON ...C'EST ARRIVE A NAPLES ... IT STARTED IN NAPLES 1960
JOHN HUSTON ... LES DESAXES ... THE MISFITS 1960

 

CLARK GABLE

CLARK GABLE

Tag(s) : #ACTEURS

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :