" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des décennies  après l'extinction de la série, c'est toujours d'un cordial « Bonjour, Mr Ness » que l'on pense à Robert Stack.  Aux yeux de quiconque  Robert Stack est et reste en effet Eliot Ness. Une assimilation dont l'acteur n'est pas totalement innocent, dans la mesure où la rigidité marmoréenne et l'efficacité quasi mécanique de l'agent du Trésor américain étaient déjà présentes dans les vingt années de carrière qui ont précédé, comme elles devaient survivre dans les quelques personnages monolithiques qu'il a incarnés par la suite.

 

Robert Stack est né le 13/01/1949 à Los-Angeles au sein d'une famille aisée dans laquelle on trouvait un directeur de théâtre, la cantatrice Marina Perrini et le chanteur Carlos Hodini. Ses parents divorcent quand Robert a un an.Alors sa mère s'installe en Europe. ainsi Robert apprendra l'italien et le français.Cinq ans plus tard il retournera aux USA et il réapprendra l'anglais.
Il aura une jeunesse sportive : hors-bord et hydroplane et sera plusieurs fois champion.

 

Avec son frère, il remporte le championnat international de hors-bord à Venise (Italie) et, trois années durant, sera l'un des champions de la côte ouest à bord de son hydroplane de course, le « Thunderbird ». A l'âge de 16 ans, il fait partie de l'équipe nationale de tir au pigeon (skeet shooting), avec laquelle il gagnera deux trophées consécutifs. Enfin, à l'Université de Californie du Sud (1937), il intègre l'équipe de polo. Mais trois entorses au poignet droit le contraindront à abandonner.
Bon sang ne pouvait mentir : six mois après son admission à la Henry Duffy School of the Theater de Hollywood, voilà Robert Stack repéré par un chasseur de talents et pris sous contrat 
par Universal, dont la star enfant est alors Deanna Durbin, réponse du studio à la Judy Garland de la MGM. Il aura l'insigne honneur de lui donner son premier baiser à l'écran (<• First love »), comme il aura la chance, avant de partir à la guerre, d'être, avec Carole Lombard et Jack Benny, la tête d'affiche de la délicieuse comédie de Lubitsch « To be or not to be ». C'est en jeune premier prometteur qu'il quitte Hollywood pour l'armée. Quatre années d'éloignement, à titre d'instructeur de tir pour les mitrailleurs appelés à servir dans les bombardiers, qui vont lui rendre le retour à l'écran difficile. Il croit avoir retrouvé la faveur du public avec « The bullfighter and the lady », remarquable drame tauromachique et autobiographique de Budd Boetticher, mais il lui faudra attendre dix-huit mois avant de recevoir une nouvelle proposition. Finalement, ce sera grâce à un film d'aventures médiocre, « Bwana Devil », mais le premier à inaugurer la technique de la projection en trois dimensions, qu'il refera surface.
Entre 1952 et 1959, Robert Stack connaît sa période la plus faste. Célibataire endurci, il épouse en 1956 Rosemarie Bowe, mannequin qui avait fait la couverture de Life et comme débutante à la MGM, qui renonce à  sa carrière et forme encore avec lui u couple exemplaire. Deux enfants  naîtront, Elizabeth (1957) et Charleb (1958). Le métier ne lui offre pas moins de surprises heureuses, puisqu'il reçoit sa première et unique nomination à l'Oscar pour « Written on the wind ». Malheureusement pour lui, la Fox, avec laquelle il est alors sous contrat, prend ombrage de cette distinction obtenue sous la bannière d'Universal. Quelques mois plus tard, la rupture est consommée. Mais, fort du succès personnel qu'il a glané avec « Written on the wind » et « Tarnished angels », Robert Stack poursuit sur sa lancée. Jusqu'au jour où, au retour du tournage de « John Paul Jones » en Europe, les producteurs de la chaîne ABC lui offrent le rôle d'Eliot Ness, après que Karl Malden et Van Johnson l'eurent décliné. Qui peut s'intéresser à une brigade financière en lutte avec la mafia de Chicago? s'interroge alors un Robert Stack dubitatif et quadragénaire de fraîche date. L'avenir confondra son peu de foi, comme il lui démontrera l'écrasante tyrannie d'un personnage quand il a la chance de rencontrer les faveurs du public.

 


 


Il aura la faveur du public  mais ce sera sa fin d'acteur au cinéma dans les premiers ou seconds rôles.

Stack, a été retrouvé mort d'une crise cardiaque le 14/05/2003  à son domicile par sa femme, Rosemarie.
L'acteur avait été traité auparavant  pour un cancer de la prostate
.



HENRY KOSTER  ...  PREMIER AMOUR   ... FIRST LOVE    ...1939


FRANK BORZAGE ...  LA TEMPETE QUI TUE  ...  THE MORTAL STORM   ... 1940
GEORGE MARSHALL  ...  WHEN THE DALTON RODE      ...  1940
ANDREW MARTON   ... A LITTLE BIT OF HEAVEN     ...   1940
WILLIAM A SEITER ..   TOUS A TOI    NICE GIRL  ...  1940
ALFRED E GREEN   ... BADLANDS OF DAKOTA...        1941


ERNST LUBITSCH ...   TO BE OR NOT TO BE     ...   1941
RAY ENRIGHT   ... MEN OF TEXAS ...     1942
ARTHUR LUBIN...    L'ESCADRILLE DES AIGLES     ...   1942
RICHARD HAYDN    ...LA CHASSE AUX MILLIONS  ...  MISS TATLOCK'S MILLIONS  ...  1948
RICHARD THORPE ...   AINSI SONT LES FEMMES   ... A DATE WITH JUDY ...   1948
RAOUL WALSH ... LES GEANTS DU CIEL  ... FIGHTER SQUADRON ...   1948
RICHARD HAYDN  ...  MONSIEUR MUSIC  ...  MR MUSIC  ...  1950
BUDD BOETTICHER...    LA DAME ET LE TOREADOR  ..  THE BULLFIGHTER AND THE LADY ...   1951


ELLIOTT NUGENT  ...  MY OUTLAW BROTHER ....      1951
ARCH OBOLER  ...  BWANA LE DIABLE  ...  BWANA DEVIL    ...1952
LOUIS KING   ...  LES CORSAIRES DE L'ESPACE    ...SABRE JET ...   1953


WILLIAM CASTLE  ...  LA CONQUETE DE CONCHISE   ... CONQUEST OF COCHISE  ...  1953
LESLEY SELANDER ...   LA LOI DU SCALP ...   WAR PAINT   ... 1953
WILLIAM CASTLE   ... LE GANT DE FER   ... THE IRON GLOVE ...   1954

WILLIAM A WELLMAN  ...  ECRIT DANS LE CIEL ...   THE HIGH AND THE HIGHTY   ... 1954
SAMUEL FULLER ...  LA MAISON DE BAMBOU ...   HOUSE OF BAMBOO  ...  1955
HENRY KOSTER ...  BONJOUR MIS DOVE   ... GOOD MORNING MISS DOVE  ...  1955


JACQUES TOURNEUR ... LA RANDONNEE FANTASTIQUE ...   GREAT DAY IN THE MORNING   ... 1955
DOUGLAS SIRK ... ECRIT SUR DU VENT  ....  WRITTEN ON THE WIND  ...  1955

DOUGLAS SIRK ...  LA RONDE DE L'AUBE... ...   THE TARNISHED ANGELS  ...  1955

JEAN NEGULESCO  ...  LA FEMME QUE J'AIMAIS    ...   THE GIFT OF LOVE... 1955

 JOHN FARROW   ... JOHN PAUL JONES,LE MAITRE DES MERS   ... JOHN PAUL JONES  ...  1959


PHIL CARLSON   ... LE TUEUR DE CHICAGO ...   THE SCARFACE MOB  ...  1959
ANDREWSTONE ...   PANIQUE A BORD ...   THE LAST VOYAGE   ... 1959


HAL BARLETT  ...  LA CAGE AUX FEMMES ...   THE CARETAKERS  ...  1963


RENE CLEMENT ...  PARIS BRULE T'IL?      ..  1965
FRANK WINTERSTEIN  ...  LES CORROMPUS  ...  DIE HOLLE VON MACAO  ...  1966
JEAN DELANNOY ...   LE SOLEIL DES VOYOUS ...   1967


LEONARDO BERTOVICI  ...  HISTOIRE D'UNE FEMME  ...  THE STORY OF WOMAN  ...  1968

GERARD BLAIN   ... UN SECOND SOUFFLE     ...   1977
STEVEN SPIELBERG ...  1941  ...      1979
DAVID ZUCKER  ...  Y A-T-IL UN PILOTE DANS L'AVION...AIRPLANE ...   1980

TED KOTCHEFF  ...  RETOUR VERS L'ENFER    UNCOMMON VALOR  ...  1983

JOHN CASSAVETES ...    BIG TROUBLE    1986 .

MATHA COOLIDGE...    LE FLIC NE PORTE PAS DE COSTARD  .....      1987

ALLAN ARKUSH   ... CADDYSHACK 2     ...   1988

DAVID LEWIS   ... DANGEROUS CAVES  ...      1988

JOHN PATRICK SHANLEY ...   JOE CONTRE LE VOLCAN ...   JOE VS THE VOLACNO ...   1989

DAVID ZUCKER   ... BASEKETBALL      ...  1988

LAXRENCE KASDAN   ... MUMFORD        ...1988

KARL HIRSCH  ... TOTALLY IRRESPONSABLE ...   1999

TV LES INCORRUPTIBLES

  Falcon Crest (TV Series) 1987

Strike Force (TV Series)  1981/82

Section contre-enquête (TV Series)1976/77

Les règles du jeu (TV Series) 1968/71

ROBERT STACK
Tag(s) : #ACTEURS

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :