" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

DAwn Addams était née le 21 septembre 1930 à Felixstowe (Grande-Breta­gne) et est décédée le 7 mai 1985 .

 

Elle avait  passé quatre années de sa petite enfance aux Indes, où elle avait accompagné son père, officier dans la Royal Air Force. A Calcutta d'abord. A Delhi et à Simla ensuite. En 1936, à la mort de sa mère, elle rentre brièvement en Europe, avant de repartir, deux ans plus tard, pour les Etats-Unis, où son père, pilote d'essai, est envoyé en mission par la British Air Commis­sion. Mais c'est en Angleterre qu'elle vit une partie de la guerre, au gré des déplacements de populations provoqués par les bombardements et les rumeurs d'invasion. Elle fré­quentera quatorze écoles en tout, dont l'une où elle sera l'unique fille inscrite. En 1942, elle est évacuée vers les Etats-Unis, à Los Angeles, où son père s'est entre-temps rema­rié avec l'actrice Arline Judge. Dans le train qui la mène à Hollywood, un chasseur de talents de la MGM lui trouve le minois suffisamment ciné­matographique pour lui proposer le rôle de la sœur aînée d'Elizabeth Taylor dans « International Velvet ». Une offre qui ne devait pourtant pas se concrétiser.

 

DAWN ADDAMS

 

Après une jeunesse itinérante qui la mène également en France, en Tchécoslovaquie et au Brésil, elle se fixe momentanément à Londres, où, entre 1947 et 1949, elle suit les cours de la Royal Academy of Dramatic Art, avant de fouler professionnelle­ment les planches dans « La mar­raine de Charley ». Mais, en 1950, la voilà déjà de retour aux USA, à l'in­vitation de l'agent théâtral Charles Feldman. Elle y signe un contrat avec la MGM, qui lui trouve beauté et fascination dans le regard et la distribue dans des productions am­bitieuses telles que « La Reine Vier­ge » et « La tunique ». Avec sa for­mation et son charme singulier, Dawn Addams aurait incontestable­ment pu espérer mieux qu'une ho­norable carrière à Hollywood. Mais, à l'automne 1953, lors d'un tournage en Italie avec Vittorio De Sica, elle fait la connaissance du prince Vitto­rio Massimo, qu'elle épouse en avril 1954. Désormais, Rome sera le centre de sa vie familiale — un fils, Stefano, naît en 1955 — et profes­sionnelle. C'est l'époque où elle est la parure de films d'espionnage et de cape et d'épée populaires mais confinés à l'Europe, et qui ne de­vaient pas survivre au temps. Seule exception : « Un roi à New York », film que tourne Charles Chaplin dans l'amertume qui accompagne son dé­part précipité des Etats-Unis, où la chasse aux sorcières communistes l'a rendu persona non grata. C'est Chaplin, qui avait été l'un des invités à son mariage, qui la choisit person­nellement pour être sa partenaire dans cette délicieuse satire.

 

 

Mais, deux ans à peine après l'en­trée de la comédienne dans le cercle de l'aristocratie romaine, le conte de fées cesse. Nous sommes dans les années 1950, et l'on attend de l'épou­se d'un prince qu'elle abandonne ses activités, comme Grâce Kelly l'a fait pour Rainier. Or, non seulement la princesse continue de jouer les agui­cheuses en cinémascope, mais en plus, elle s'affiche avec le comédien britannique Charles Howard. C'en est trop : un tribunal italien la prive de la garde de son fils, sans consentir à un divorce alors impensable. Mais déjà les scandales de sa vie privée avaient jeté dans l'ombre sa carrière d'actrice. Et son repli professionnel sur la France et sur l'Allemagne, dans une série de coproductions in­ternationales dont le Vieux Continent était alors inondé, ne l'aidera pas à la relancer. En tout cas en ce qui con­cerne ses ambitions artistiques, car « Les bateliers de la Volga » autant que « Le diabolique Dr Mabuse » et « La Tulipe Noire » seront de consi­dérables succès populaires. Les an­nées 1960 vont pourtant sonner le glas de ce cinéma de pur divertisse­ment dont elle était l'un des plus jo­lis ornements. Un ultime scandale avec un enfant conçu hors mariage, et décédé prématurément en 1966, et un divorce tardif en 1971, et le nom de Dawn Addams disparaîtra défini­tivement et simultanément de la ru­brique mondaine et des marquises des cinémas. Elle n'a alors que 43 ans.

 

 

En octobre 1974, la comédienne épouse Jimmy White, un homme d'af­faires de vingt et un ans son aîné. C'est la dernière fois que les conti­nentaux entendront parler de Dawn Addams avant sa mort prématurée, le 7 mai 1985, des suites d'un can­cer. Les Britanniques, en revanche, n'auront pas perdu totalement con­tact avec elle, grâce à sa présence dans deux séries TV.

 

 

FLETCHER MARKLE…CŒURS ENCHAINES… NIGHT INTO MORNING …1951

RICHARD RHORPE …THE UNKNOWN …1951

STANLEY DONEN…(CHANTONS SOUS LA PLUIE… SINGIN' IN THE RAIN…1951

HAROLD FRENCH … LA TREIZIEME HEURE … THE HOUR OF 13 …1952

 

CLARENCE BROWN … CAPITAINE SANS LOI …PLYMOUTH ADVENTURE 13 …1952

OTTO PREMINGER …LA LUNE ETAIT BLEUE…THE MOON IS BLUE13 …1953

HENRY KOSTER … LA TUNIQUE… THE ROBE …1953

GEORGE SIDNEY…, YOUNG BESS … LA REINE  VIERGE…1953

RICHARD CARLSON … LA CHASSE AUX ETOILES, …RIDERS TO THE STARS …1953

FRANCESCO DE ROBERTIS …ESPIONNE D'ORIENT …MIZAR … 1954

GIANNI FRANCIO­LINI …SECRETS D'AL­COVE…IL LETTO … 1954

E.A. DUPONT… RETOUR A L'ILE AU TRESOR …RETURN TO TREASURE ISLAND … 1954

 

SEYMOUR FRIEDMAN …KHYBER PATROL … 1954

FERNANDO CERCHIO …LE VICOMTE DE BRAGELONNE… 1954

ROMOLO MARCINELLI… LE TRESOR DE ROMMEL … IL TESORO DI ROMMEL …1955

 

FERNANDO CERCHIO … QUATTRO DEL GETTO TONANTE …1955

DUILLIO COLETTI... LONDRES APPELLE POLE NORD ...LONDRA CHIAMO POLO NORD …1955

CHARLES CHAPLIN ..UN ROI A NEW YORK …A KING IN NEW YORK... 1956

 

 WILLIAM FAIRCHILD …L'ENNEMI SI­LENCIEUX … THE SILENT ENEMY  …1957

JOSEPH LERNER... LE AVVENTURE DEI TRE MOSCHETTIERI …1957

VIC­TOR TOURJANSKY …LES BATELIERS DE LA VOLGA… BATTE-LIERI DELLA VOLGA ...1958

VICTOR MERENDA... SURSIS POUR UN VIVANT... ...1958

EDMOND T. GREVILLE ...L'ILE DU BOUT DU MONDE… IL MISTERO DELLA PENSIONE EDEL­WEISS ...1958

 

RAOUL ANDRE… SECRET PROFESSIONNEL ...1958

RUDOLF JUGERT …L'ESPIONNE ROUSSE … DIE FEUERROTE BARONESSE...1959

MICHEL BOISROND ...VOULEZ-VOUS DANSER AVEC MOI? ...1959

ALVIN RAKOF ..LARRY, AGENT SECRET ...THE TREASURE OF SAN TERESA ...1959

 

JOHN OLDEN ...MELODIE UND RYTHMUS ...1959

DE RALPH HABIB ...RPZ... APPELLE BERLIN.., GEHEIMAKTION SCHWARZE KAPELLE ...1959

TE­RENCE FISHER… LES DEUX VISAGES DU DR JEKYLL.. THE TWO FACES OF DR. JEKYLL …1960

 

FRITZ LANG.... LE DIABOLIQUE DR MABUSE… DIE TAUSEND AUGEN DES DR. MABUSE …1960

WOLF RILLA… DIE ZORNIGEN JUNGEN MANNER …1960

JERRY EP­STEIN …FOLLOW THAT MAN …1960

EDMOND T. GREVILLE… LES MENTEURS …1961

ALEXANDRE ASTRUC …L'EDUCATION SENTIMENTALE …1961

HENRY LEVIN …LES FILLES DE L'AIR… COME FLY WITH ME ...1963

CHRISTIAN-JAQUE …LA TULIPE NOIRE .. ...1963

PAUL HENREID … BALLADE EN BLEU… BALLAD IN BLUE … 1964

JOHN GILLING …WHERE THE BULLETS FLY… 1966

MICHAEL CORT ..ZETA ONE …1969

ROY WARD BAKER …LES PASSIONS DES VAM­PIRES ..THE VAMPIRE LOVERS ..1970

GEORGES FARREL …SAPHO ..1970

ROY WARD BAKER .VAULT OF HORROR… 1973 :

A LA TV, NOTAMMENT : « THE ALAN YOUNG SHOW » (1953), « SHERLOCK HOL­MES » (1955), « THE SAINT » (1963/1964/1966, LE SAINT),

« THE 20,000 POUND KISSES » (1963, DE JOHN LLEWELLYN MOXEY), « DANGER MAN » (1964), « A ROOM IN TOWN » (1970), <• FATHER DEAR FATHER » (1971-1973, DE WILLIAM G. STEWART), « THE ADVENTURER » (1972), « THE MILLIONAIRESS » (1972, DE WILLIAM SLATER), « STAR MAIDENS » (1976, DE FREDDIE FRANCIS ET JAMES GAT-WARD), « TRIANGLE » (1981, DE BAZ TAYLOR.

DAWN ADDAMS

DAWN ADDAMS

Tag(s) : #ACTRICES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :