" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog




Grand réalisateur né dans le Missouri le 20/02/1925 décédé le 20/11/2006.

Etudes secondaires à la Rockhurst High School, puis des études de journaliste à la Southwest High School.Il entra ensuite à l'Université du Missouri, où il obtint le titre d'ingénieur.
II entre dans l’armée de l’air pendant la deuxième guerre mondiale.Il est pilote de bombardier et réalisera 46 missions.
A son retour, une fois démobilisé , il se marie .

Il s'installa à Los Angeles, où il écrivit quelques scénarios pour le cinéma et la radio, et il collabora à plusieurs revues. Au début des années cinquante, il travailla un certain temps à la Calvin Company comme réalisateur de films commerciaux. En 1955, il parvint à tourner son premier long métrage personnel ; en 1957, il mit en scène un film sur la biographie de James Dean. Déçu par ces deux expériences, il s'orienta vers la télévision; de 1958 à 1964, il réalisa d'innombrables téléfilms de toutes sortes: «The Roaring Twenties», «Bonanza», «Combat», «Bus Stop», «The Gallant Men», «Kraft Théâtre», « The long hot summer », entre autres.
Après s'être consacré durant plusieurs années à la production (dans le cadre de sa propre firme, la Lion's Gâte Films), Robert Altman reprend ses travaux de réalisateur. En 1970, son film MASH obtient la Palme d'or au Festival de Cannes ; cette distinction lui vaut une large diffusion internationale ; son nom commence alors à être connu et apprécié.

Il s'agit d'un film de guerre un humour noir, une irrévérence, une  farce antimilitariste.Un  hôpital militaire durant la guerre de Corée (avec Elliott Gould et Donald Sutherland), Altman élevait un violent réquisitoire contre la guerre, en prouvant, par l'absurde et la dérision, l'excès et la « truculence » de certaines scènes incongrues même, ses effets destructeurs et dégradants pour l'homme. Il réussissait l'un des films les plus virulents contre la guerre en évitant justement toute dramatisation ou emphase, utilisant un comique destructeur, mille fois plus efficace.

Tout au long de sa carrière, Altman s'est surtout attaché à utiliser de façon critique les genres traditionnels du cinéma de Hollywood. Ses tentatives de démythification du western (John McCabe, Buffalo Bill et les Indiens), du cinéma policier (Le «Privé», Nous sommes tous des voleurs) ou du film-fleuve (Nashville) n'ont pas toujours été très efficaces, mais elles lui ont permis de produire des œuvres brillantes et intelligentes, dignes des meilleurs réalisateurs américains contemporains.

 

 



Le plus gros succès de sa carrière est « Gosford Park ». C'est une variante de "Maitres et valets" et il aura 7 nominations à l'Oscar.
Oscar d’honneur en 2006.
Transplanté cardiaque depuis plus e 10 ans , Robert Altman a tourné pratiquement jusqu'à la fin.
 

THE DELINQUENTS... THE DELINQUENTS 1956
THE JAMES DEAN STORY1956
COUNTDOWN 1968
THAT COLD DAY IN THE PARK969
M.A.S.H 1969

BREWSTER MCCLOUD1970
JOHN MACCABE ....MC CABE AND MRS MILLER 1971
IMAGES  1972

Le film IMAGES décrit un cas de schizophrénie et d'hystérie sexuelle, Robert Altman ne se livre pas pour autant à une étude psychanalytique, mais nous propose une allégorie sur la folie individuelle et la folie sociale, sur les rapports entre le réel et l'imaginaire. « Ce qui m'intéresse, déclarait le réalisateur à la sortie de son film, c'est la question de savoir qui est fou, qui ne l'est pas, et comment la société amène l'individu, par l'oppression qu'elle fait peser sur lui, à se comporter comme un fou, alors que c'est la société qui est folle... Le sujet, le cas d'Images relève de la psychanalyse, mais le film n'est pas traité en termes de psychologie ou de psychanalyse. On n'explique pas au spectateur de quoi il s'agit... » Raconté du point de vue de l'héroïne schizophrène, Images traite ede la vision du monde par un esprit malade, et de la reconstruction de la société et de l'amour que cet esprit effectue à travers le filtre de son imagination. Le film prenant la forme d'un jeu d'incessants va-et-vient entre le monde environnant et le monde intérieur, au rythme de la lente montée d'un délire solidement ancré dans un décor quotidien (importance capitale des objets familiers autour de l'héroïne, puis leur glissement hors de la « normalité »).
LE PRIVE.... THE LONG GOODBYE 1972
NOUS SOMMES TOUS DES VOLEURS ....THIEVES LIKE US 1974
CALIFORNIA SPLIT 1974
NASHVILLE 1975


BUFFALO BILL ET LES INDIENS ....BUFFALO BILL AND THE INDIANS 1976


TROIS FEMMES... THREE WOMEN 1977
UN MARIAGE ...A WEDDING 1978
QUINTET 1979
UN COUPLE PARFAIT ....A PERFECT COUPLE 1979
HEALTH 1980
POPEYE 1980
REVIENS JAMES DEAN REVIENS.... COME BACK TO THE FIVE AND DIME JIMMY DEAN 1982
STREAMERS 1983
SECRET HONOR 1984
FOOL FOR LOVE 1985
BEYOND THERAPY 1986
ARIA 1986
O.C AND STIGGS 1987
VINCENT AND THEO 1990
THE PLAYER 1991
SHORTS CUTS 1993
PRÊT A PORTER... PRÊT A PORTER 1994
KANSAS CITY 1995
ROBERT ALTMAN'S JAZZ '34 … ROBERT ALTMAN'S JAZZ '34 … 1995
THE GINGERBREAD MAN 1997
COOKIE'S FORTUNE1998
DOCTEUR T ET LES FEMMES ...DR T AND THE WOMEN 1999
GOSFORD PARK 2001
THE COMPANY 2003
THE LAST SHOW A PRAIRIE HOME COMPANION 2005

 

ROBERT ALTMAN

ROBERT ALTMAN

Tag(s) : #REALISATEUR

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :