JACQUES PERRIN

Publié le par cinestranger


JACQUES PERRIN est caractérisé par  la modestie et la discrétion . Au départ on considérait cela comme de la  timidité fébrile et des manières courtoises contraires à la  sensualité canaille d'un Delon ou d'un Gérard Blain. Malgré un   physique avenant il ne sera jamias un bourreau des cœurs. Il sera ainsi  l'amoureux doux et inhibé de "La fille à la valise " et le  marin romantique des "Demoiselles de Rochefort " . Son tempérament le portait davantage à la découverte, à l'accompagnement de projets dont il serait partie prenante. Il lui aura suffi d'être le témoin des difficultés rencontrées par Costa-Gavras, dans le financement de « Z », pour comprendre que c'est dans la production qu'il trouverait une promesse d'épanouissement.
D'emblée, le métier de producteur lui réussit car il savait  prendre le temps et l'investissement. Ainsi naquirent des idées folles " Microcosmos , film contemplatif sur la vie des insectes. Jacques Perrin contribue ainsi à son propre contentement tout en apportant un plaisir de qualité au public.

JACQUES PERRIN  est né Jacques Simonet, à Paris, le 13 juillet 1941, dans un milieu propice à l'éveil de sa curiosité artistique car sa mère éatait  actrice, son père régisseur à la Comédie-Française, et son parrain est le comédien Antoine Balpêtré. Ainsi il démarrera le métier  à l'âge de 5 ans, dans " Les portes de la nuit " mais  avoue être devenu acteur sans en avoir eu l'envie. Il abandonne les  études, à l'âge de 14 ans, plonge dans le monde du travail.
Deux ans plus tard, muni d'une dispense en raison de son jeune âge, il entre au Conservatoire, dans la classe de Jean Yonnel. Il a pourtant déjà joué, en tournée, dans « Poil de Carotte », et ne va d'ailleurs pas tarder à enchaîner les engagements.Comme il lui est interdit, en tant qu'élève, de se produire à l'extérieur, il va user d'un artifice en adoptant le nom de sa mère, Perrin, auquel il devait demeurer fidèle.


Deux figurations au cinéma et un modeste rôle dans « La femme du siècle », dont Denise Grey est la vedette, ne l'avaient pas préparé au succès de « L'année du bac ». C'est Yves Robert qui était venu le chercher au Conservatoire pour l'associer à un autre débutant, Sami Frey. Jouée 550 fois, la pièce de José André Lacour  sera un triomphe. Valerio Zurlini aura alors l'idée d'en faire l'adolescent attendri par la détresse de Claudia Cardinale dans « La fille à la valise ». Premier film où il endosse un rôle important, et favorablement accueilli  . Ce film sera l'amorce de son parcours de comédien, comme il lui ouvrira une collaboration de plusieurs années  avec le cinéma italien, et avec Zurlini en particulier, pour qui il tournera deux autres longs métrages.
Son physique rassurant et la candeur de son regard le prédisposent tout naturellement à incarner les victimes  (" Le procès des doges ") et les jeunes gens au cœur pur   (" La corruption "). Une image de marque qui devait l'accompagner jusqu'au seuil de la trentaine, tel  le personnage du puceau dont l'intégrité est menacée par des dames  peu convenables dans " Le grand dadais " et " La petite vertu ".
Pierre Schoendoerffer, en l'intégrant au projet de « La 317e section », va lui donner la chance d'offrir une alternance à cette réputation. Non seulement par un personnage torturé d'officier français en Indochine, mais aussi par un tournage difficile de deux mois dans la jungle cambodgienne, qui lui instillera le goût des pays lointains, et du Sud-Est asiatique en particulier.

Aussi fidèle qu'il sera à Zurlini, il sera constant dans son amitié envers Schoendoerffer, qu'il retrouvera dans " Le crabe-tambour " et " L'honneur d'un capitaine ",pour deux figures à la personnalité énigmatique et à l'héroïsme ambigu, loin du prince charmant de " Peau d'Ane " et du matelot de comédie musicale des " Demoiselles de Rochefort ".

La deuxième orientation  lui est offerte accidentellement par Costa-Gavras, lorsque le réalisateur se heurte à des difficultés dans le financement de « Z ». Jacques Perrin participe et  se met en quête de financiers et crée, dans la foulée, sa société de production, Reggane Films, plus tard rebaptisée Galatée. Ce film auquel nul ne croyait fit non seulement un triomphe mais fut couronné de deux Oscars à Hollywood. Dès lors, sans renoncer à ses activités de comédien, il va tenter d'identifier, dans le processus de production, une voie nouvelle pour atteindre à l'épanouissement.
Il n'a pas 25 ans lorsqu'il acquiert, sur un coup de cœur, les droits du roman de Dino Buzzati
" Le désert des Tartares ". Une quinzaine d'années plus tard, répondant à un journaliste qui l'interrogeait sur ses critères de sélection, il avait eu ces mots, qui pourraient avoir valeur de credo :
« Le spectacle non référencé. Le film que personne n'a jamais osé faire. Seules m'intéressent les causes perdues,comme "Le désert des Tartares". » Ce projet, il le portera pendant onze ans avant de le faire aboutir.
Mais le film ne connaîtra qu'un succès d'estime et lui coûtera plus qu'il ne lui rapportera.
 Malgré un départ similaire avec « La victoire en chantant »,il s'en tire mieux financièrement. Sortie sous ce titre, en septembre 1976, cette satire du colonialisme est un échec. Rebaptisée « Blancs et Noirs en couleurs », elle fait un tabac outre-Atlantique, décroche l'Oscar du meilleur film étranger et revient en France par la grande porte. Et  il continue à jouer. La quarantaine et son casque de cheveux blancs ont relégué l'ingénu timide et rêveur, on le rencontre souvent dans la peau de héros fascinés par la solitude et les défis impossibles. Comme le petit juge du film de Philippe Lefebvre, le capitaine à l'honneur sali de Schoendoerffer, le cinéaste nostalgique de " Cinéma Paradiso"», ou le navigateur  des « 40es rugissants ». Cette œuvre dont il est aussi le producteur, et pour laquelle il savait qu'il aurait à se battre pour la faire aboutir. Il mettra dix ans à en éponger les pertes.
Pas découragé, et toujours mû par son insatiable curiosité, il reprend son bâton de pèlerin du rêve éveillé et bat la campagne afin de réunir les fonds pour " Microcosmos ". Un projet fou, qui se résume à une observation patiente, et sans commentaires, de la gent des insectes sur trois mètres carrés d'herbe. Un tournage de quatre  années, récompensé par cinq Césars, dont celui du meilleur producteur. Mais rien ne prévoyait cette issue. Puis viendra le triomphe des « Choristes », mis en scène par son neveu.
Le secret de Jacques Perrin, c'est sa disponibilité devant la nouveauté, sa capacité à mobiliser les énergies créatrices, et son souci de faire partager ses enthousiasmes.

Il va continuer à réaliser ou produire des films dur la beauté de la planète...


MARCEL CARNE...LES PORTES DE LA NUIT...1946
CLAUDE BOISSOL...LA PEAU DE L'OURS...1957
MARCEL CARNE....LES TRICHEURS...1958
FRANCOIS VILLIERS...LA VERTE MOISSON...1959
HENRY T ZAPHIRATOS...LES NYMPHETTES                      ...1960
HENRI-GEORGES CLOUZOT...LA VERITE...1960
VALERIO ZURLINI...LA FILLE A LA VALISE...1960


JEAN BOYER...LES CROULANTS SE PORTENT BIEN...1961
JACQUES BOURDON...LE SOLEIL DANS L'OEIL...1961
ROGER VADIM      ...ET SATAN CONDUIT LE BAL           ...1962
VALERIA ZURLINI ...JOURNAL INTIME                    ...1962


DUCCIO TESSARI      ...LE PROCES DES DOGES                  ...1963
FLORESTANO VANCINI...LA CALDA VITA                      ...1963
MAURO BOLOGNINI ...LA CORRUPTION                      ...1963
PIERRE SCHOENDOERFFER...LA 317° SECTION                   ...1964


SILVIO AMADIO   ...OLTRAGGIO AL PUDORE                ...1964
ERIC SCHLUMBERGER...LA CHANCE ET L'AMOUR...1964
STENO            ...LE CHEVALIER A LA ROSE ROUGE        ...1965
COSTA-GRAVAS...COMPARTIMENTS TUEURS...1965


ANGELINO FONS      ...LA BUSCA                           ...1966
VITTORIO DE SETA...UN HOMME A MOITIE                    ...1966
 COSTA-GRAVAS...UN HOMME DE TROP...1966
JACQUES ROUFFIO...L'HORIZON...1966
CLAUDE CHABROL...LA LIGNE DE DEMARCATION...1966
CHARLES BELMONT ...L'ECUME DES JOURS                     ...1967


MARCEL CAMUS      ...VIVRE LA NUIT                        ...1967
PIERRE GRANIER DEFERRE...LE GRAND DADAIS                 ...1967
SERGE KORBER       ...LA PETITE VERTU                      ...1967


JACQUES DEMY...LES DEMOISELLES DE ROCHEFORT...1967
MARCEL CAMUS      ...VIVRE LA NUIT                        ...1967

 COSTA-GRAVAS...Z...1968


VITTORIO DE SETA...L'INVITEE...1969
MARCEL BOZZUFFI...L'AMERICAIN...1969
PAUL VECCHIALI...L'ETRANGLEUR...1970

JACQUES DEMY...PEAU D'ANE...1970
WALERIAN BOROWCZYK...BLANCHE...1970
NINO QUEVADO      ...GOYA:HISTORIA DE UNA SOLEDAD           ...1970
BENOIT LAMY...LA FETE A JULES...1972


 COSTA-GRAVAS...SECTION SPECIALE...1975
VALERIO ZURLINI...LE DESERT DES TARTARES...1976


PIERRE SCHOENDOERFFER...LE CRABE-TAMBOUR...1977


ETIENNE PERIER      ...LA PART DU FEU                        ...1977
MARC GRUNEBAUM      ...L'ADOPTION                          ...1978
RAOUL COUTARD       ...LA LEGION SAUTE SUR KOLWEZI         ...1979
ALDO LADO...LA DESOBEISSANCE...1980
JOSE GIOVANNI...UNE ROBE NOIRE POUR UN TUEUR...1980
CHRISTIAN DE CHALONGE...LES 40° RUGISSANTS                   ...1981


FRANCOIS MIGEAT ...LE SANG DU FLAMBOYANT                 ...1981
PIERRE SCHOENDOERFFER...L'HONNEUR D'UN CAPITAINE        ...1982


PHILIPPE LEFEBVRE...LE JUGE...1984


CHRISTOPHER FRANK...L'ANNEE DES MEDUSES                 ...1984
ELIE CHOURAQUI    ...PAROLES ET MUSIQUES                 ...1984
JOSE PINHEIRO      ...PAROLE DE FLIC                      ...1985
GIUSEPPE TORNATORE...CINEMA PARADISO...1988


ETTORE PASCULLI ...LA FUITE AU PARADIS              ...1989
SANDRO BOLCHI       ...SOLO                             ...1989
GERARD OURY...VANILLE FRAISE...1989
ISABEL SEBASTIEN...LA CONTRE ALLEE                   ...1990
LUIGI MAGNI         ...AU NOM DU PEUPLE SOUVERAIN         ...1990
PAULE MURET...RIEN QUE DES MENSONGES...1991
CARLO CARLEI      ...LA COURSE DE L'INNOCENT              ...1991
PIER NICO SOLINAS...CHI TOCCA MUORE                     ...1991
ENRICO ROSEO       ...C'E KIM NOVAK AL TELEFONO        ...1992
MARGARETHE VON TROTTA...IL LUNGO SILENZIO                  ...1992
CLAUDE GORETTA...L'OMBRE LA FOUINE...1993
YVES ROBERT...MONTPARNASSE PONDICHERY...1993
RIDHA BEHI          ...LES HIRONDELLES NE MEURENT PAS A ISRAEL...1993
AGNES VARDA...L'UNIVERS DE JACQUES DEMY...1995
CARL SCHULTZ...ANGKOR...1996
ARTHUR LAMOTHE       ...LE SILENCE DES FUSILS               ...1996
CARL SCHULTZ       ...ANGKOR                               ...1996
FREDERIC SCOENDOERFFER...SCENES DE CRIMES...1998
JACQUES MONNET...C'EST PAS MA FAUTE...1999
CHRISTOPHE GANS ...LE PACTE DES LOUPS                 ...2000
FULVIO WETZL          ...PRIMA LA MUSICA POI LE PAROLE          ...2000
PIERRE SCHOENDOERFFER...LA HAUT UN ROI AU DESSUS DES NUAGES...2001
FRANCISCO J FERNANDEZ...TI VOGLIO BENE EUGENIO...2001
CHRISTOPHE BARATIER...LES CHORISTES...2003
XAVIER BEAUVOIS...LE PETIT LIEUTENANT...2004
DANIS TANOVIC...L'ENFER...2004

La lance de la destinée (TV Mini-Series) 2007

Le secret d'Elise (TV Mini-Series) 2015/6

JACQUES PERRIN

JACQUES PERRIN

Publié dans ACTEURS

Commenter cet article