ANDRZEJ WAJDA

Publié le par cinestranger

ANDRZEJ WAJDA est un réalisateur né le le 6 mars 1926 à Suwalki, dans le nord-est de la Pologne et décédé le 09 octobre 2016.

A la fin des années 50, les premiers films de Wajda ont symbolisé le renouveau du cinéma polonais. Son œuvre porte un regard d'une grande originalité sur les déchirements historiques de son pays :une volonté d'indépendance farouche et son appartenance au bloc communiste.Il a fréquemment représenté la Pologne dans les grands festivals internationaux, obtenant la Palme d'or à Cannes, en 1981, pour L'Homme de fer (Czlowiek z zelaya, 1981).

Fils d'un officier de cavalerie, il s'est engagé en 1942 dans la résistance nationaliste dirigée par le gouvernement polonais installé à Londres, et qui devait, après la défaite de l'Allemagne, s'opposer par les armes à la résistance communiste soutenue par l'Armée rouge : cette opposition constituera d'ailleurs le thème du troisième film de Wajda, Cendres et diamants ( 1958).

Au lendemain de la guerre, le futur cinéaste reprend ses études, d'abord à l'école des Beaux-Arts de Cracovie, puis à l'école de Cinéma de Lodz, d'où il sort diplômé en 1953. après y avoir réalisé trois courts métrages.

Le conflit du romantisme traditionnel et du rationalisme officiel est explicite dès le premier film de long métrage de Wajda. Une fille a parlé (Pokolenie, 1955). Le thème du film, axé sur le mûrissement personnel et politique d'un jeune homme d'origine prolétarienne, s'inscrivait dans les normes du réalisme-socialiste le plus classique.
Avec son deuxième film," Ils aimaient la vie", le style de Wajda s'affirme de manière significative avec l'évocation du sacrifice des combattants de la résistance nationaliste placée dès le début du film sous le signe de la mort
"Cendres et diamants "demeure le chef-d'œuvre d'Andrzej Wajda :l'action se déroule dans les premiers jours de la Seconde Guerre mondiale et dans les premiers de l'après-guerre : les héros en sont deux jeunes partisans nationalistes chargés d'abattre un dirigeant communiste. Ce sera le plus jeune, Maciek (Zbigniew Cybulski), qui effectuera cette mission, avant d'être tué à son tour.

Ce film est riche d'une intrigue à travers laquelle le cinéaste livre une peinture exhaustive de la société polonaise : communistes et nationalistes, aristocrates et ouvriers, vieux bourgeois et jeunes bureaucrates du parti.

S'inspirant d'une pièce de théâtre parmi les plus célèbres du répertoire national, « Les Noces » de Wyspianski , le cinéaste dépeint, à la fin du film, une société qui danse au son d'une lugubre polonaise, tandis qu'à l'extérieur de l'hôtel où se passe cette scène, le vieux communiste, blessé à mort par le jeune terroriste, s'écroule dans les bras de son meurtrier .
La Dernière Charge (Lotna, 1959), dont le titre reprend le nom d'une jument qu'un aristocrate mourant donne au commandant d'un escadron de la cavalerie polonaise, avant une charge suicidaire contre les blindés allemands, à l'automne 1939. La mort des officiers qui héritent successivement de Lotna, illustre le caractère profondément morbide de la tradition romantique, à laquelle Andrzej Wajda rend hommage avec des images d'une beauté glacée et presque surréelle.

La Cliasse aux mouches (Polowanie na muchy, 1969) est une étude de mœurs contemporaines, Le Bois de bouleaux (Brzezina. 1970) et Les Demoiselles de Wilko (Panny z Wilka, 1979) évoquent sur un ton élégiaque la Pologne de l'entre-deux-guerres, La Terre de la grande promesse (Ziemia obiecana, 1975) est l'ambitieuse adaptation d'un roman célèbre de Wladyslaw Reymont sur la naissance du grand capitalisme en Pologne, au 19 e siècle
Dans Tout est à vendre (Wszystko na sprzedaz. 1968) et Paysage après la bataille (Krajobraz po bitwie, 1970) on voit que l'inspiration du cinéaste avait assez considérablement évolué.
L'Homme de marbre (Czlowiek z marmuru, 1976), qui interrogeait avec une précision impressionnante la période stalinienne de l'histoire de la Pologne, tout en posant le problème de la responsabilité du cinéaste dans l'édification de la société nouvelle, thème que l'on devait retrouver dans Sans anesthésie (Bez znieczulenia, 1978), mais sous un angle plus strictement politique.

L'Homme de fer (Czlowiek z zelaya, 1981) est la suite de L'Homme de marbre, tournée dans l'atmosphère chaleureuse du « printemps de Gdansk ». Lech Walesa faisait une apparition dans ce film qui, aux yeux de l'Occident, symbolisait les espérances polonaises. C'est d'ailleurs sans doute la raison pour laquelle L'Homme de fer reçut la plus haute récompense au Festival de Cannes, en 1981..

Pendant un certain temps, le gouvernement polonais est devenu trop restrictif et Wajda a été contraint d'émigrer en France, où il a vécu jusqu'à la chute du mur de Berlin en 1989.

Pendant son exil à Paris, il a dirigé une épopée historique, "Danton", avec Gérard Depardieu, et une tragédie "Un amour en Allemagne", traitant des relations entre entre une femme allemande et un prisonnier de guerre polonais.

Quand il est revenu dans son pays , il a été élu au parlement polonais et chef du premier théâtre de Varsovie .

Pendant son exil à Paris, il a dirigé une autre épopée historique, "Danton", avec Gérard Depardieu, et le roman tragique "Un amour en Allemagne", traitant de l'affaire entre une femme allemande et un prisonnier de guerre polonais. Maintes et maintes fois il est retourné à la Seconde Guerre mondiale thèmes dans des films comme "Dr. de 1990 Korczak, "l'histoire d'un enseignant juif qui meurt dans un camp de concentration, et 2007 de" Katyn ", sur un massacre WWII russe des troupes polonaises qui était, pendant de nombreuses années, blâmé sur les Allemands. Le père de Wajda est mort dans ce massacre. Même les films traitant avec d'autres guerres, comme "Ashes" et "Après la bataille," écho à la tragédie de la Seconde Guerre mondiale et son impact à long terme sur la Pologne.

Il a publié un livre «Double Vision» au milieu des années 80.


En 2000, l'Académie of Motion Picture Arts & Sciences a honoré Wajda d'un Oscar d'honneur en reconnaissance de son travail.

Wajda a été marié 4 fois .

1955 UNE FILLE A PARLE (UNE GENERATION)
1957 ILS AIMAIENT LA VIE
1958 CENDRES ET DIAMANT
1959 LA DERNIERE CHARGE
1960 LES INNOCENTS CHARMEURS
1961 SAMSON


1962 LADY MACBETH SIBERIENNE
1962 L'AMOUR A VINGT ANS (SEGMENT "WARSAW")
1965 CENDRES
1968 LA CROISADE MAUDITE
1968 PRZEKLADANIEC (TV )
1969 POLOWANIE NA MUCHY


1969 TOUT EST A VENDRE
1970 KRAJOBRAZ PO BITWIE
1970 LE BOIS DE BOULEAUX


1972 PILATUS UND ANDERE - EIN FILM FÜR KARFREITAG (TV )
1973 LES NOCES


1975 LA TERRE DE LA GRANDE PROMESSE
1976 LA LIGNE D'OMBRE
1977 L'HOMME DE MARBRE


1978 BEZ ZNIECZULENIA
1979 LES DEMOISELLES DE WILKO
1980 LE CHEF D'ORCHESTRE


1980 Z BIEGIEM LAT, Z BIEGIEM DNI... (TV SERIES)
1981 L'HOMME DE FER
1983 DANTON
1983 EINE LIEBE IN DEUTSCHLAND
1986 CHRONIQUE DES EVENEMENTS AMOUREUX
1988 LES FRANÇAIS VUS PAR (TV MINI-SERIES) (1 EPISODE)
1988 LES POSSEDES
1990 KORCZAK
1992 CRIME ET CHATIMENT (TV )
1992 L'ANNEAU DE CRIN
1994 NASTAZJA
1995 LA SEMAINE SAINTE
1996 PANNA NIKT
1999 BIGDA IDZIE! (TV )
1999 PAN TADEUSZ - QUAND NAPOLEON TRAVERSAIT LE NIEMEN
2000 WYROK NA FRANCISZKA KLOSA (TV )
2002 NOC CZERWCOWA (TV )
2002 ZEMSTA
2005 SOLIDARNOSC, SOLIDARNOSC... (SEGMENT "MAN OF HOPE")
2007 KATYN
2009 TATARAK
2010 MAKBET (TV )
2013 L'HOMME DU PEUPLE
2016 POWIDOKI

 

ANDRZEJ WAJDA

ANDRZEJ WAJDA

Publié dans REALISATEUR

Commenter cet article