" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'EDEN ET APRÈS
interdit aux moins de 18 ans.
Franco-tchécoslavaque. 1969. 
RÉALISATEUR : Alain Robbe-Grlllet.
 
Pierre Zimmer, Richard Leduc. Lorraine Rainer, Sylvain Corthay, Juraj Kukura, Yarmila Kolenicova.
 
De jeunes étudiants se réunissent rituellement dans un café : L'Eden. Ils y jouent (ou imaginent) des situations cruelles ou érotiques. Un jour arrive un étranger qui se mêle à leurs cérémonies et leur parle d'une mystérieuse Afrique. Violette accepte un rendez-vous avec l'étranger : elle découvre son corps baignant dans un canal, puis se retrouve en Afrique où elle est mêlée à une série d'aventures : enlevée, torturée, elle voit disparaître l'un après l'autre tous les protagonistes du drame : ses camarades de l'Eden. Mais tout ceci n'est sans doute qu'un rêve...

L'Éden et après, ou l'imagination au pouvoir. Moins rigoureux que Trans-Europ Express, mais plus libre ; moins pontifiant, mais plus insolent, l'« Eden » nous propose l'un de ces voyages hors de l'espace et du temps que seuls la littérature et le cinéma peuvent restituer avec conviction. Mystificateur (au sens noble du terme), l'auteur nous prévient que son pays est celui « des images et éblouissements », délibérément désigné comme celui de l'imagination. Cette « distanciation » de l'Imaginaire et du réel qui ne nous était totalement dévoilée qu'au dernier plan de Trans-Europ Express est ici annoncée dès les premières images.
Le récit s'en trouve allégé des incertitudes savamment entretenues dans les œuvres précédentes : l'auteur joue cartes sur table. Le numéro d'illusionniste n'en est que plus passionnant. Lorsqu'il est réussi, comme c'est le cas, chemin faisant, Robbe-Grillet ramène l'acte sadien à sa véritable dimension ludique .

L'érotisme ici affirmé est majeur, libre et joyeusement consenti : nous sommes loin des pensums métaphysiques ou de la fesse honteuse . Robe-Grillet s'en tient donc à quelques idées simples vigoureusement exprimées : l'imagination est libératrice, notre société a oublié le sain usage du corps, le sable est plus chaud que l'acier.
Assortie de quelques références culturelles (Delvaux, Mondrian, Sade), cette moderne conquête du Graal  mêle les décors les plus contemporains aux thèmes les plus anciens de la littérature populaire. Il y a du Zévaco dans Sade et du Freda dans Antonioni. Robbe-Grillet joue habilement de ces multiples partitions avec ce geste d'amusement qui rend le spectateur complice et confirme le mot de Montherlant : « Un homme sans enfantillages est un monstre affreux ».
L'EDEN ET APRÈS

L'EDEN ET APRÈS

Tag(s) : #FILMS ANCIENS

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :