DAVID MILLER

Publié le par cinestranger

DAVID MILLER est un réalisateur américain 28 novembre 1909 à Paterson dans le New Jersey et décédé le 14 avril 1992.
Il a dirigé 3 acteurs nomminés aux  Oscars : Joan Crawford (Le masque arraché), Jack Palance (Best  Le masque arraché), et  Bobby Darin ( Le combat du Capitaine Newman).


Iil a commencé sa longue carrière  comme scénaristepuis à  Hollywood comme assistant réalisateur à Columbia Pictures. En 1933, il s'installe à la Metro-Goldwyn-Mayer .


Son travail cinématographique a souvent pour base le  théâtre.
Il avait un  tempérament facile et une capacité à bien s'entendre avec les gens  avec qui il travaillait notamment les acteurs ,tels les frères Marx dans Love Happy (1949) suivi d'une longue amitié entre Miller et Harpo Marx.
De même, Miller avec  Joan Crawford (LE MASQUE ARRACHE [1952]), Doris Day (Piège à minuit [1960]) et Kirk Douglas (Seuls sont les indomptés [1961]).
Kirk Douglas semble avoir été le seul acteur ouvertement en conflit avec Miller, mais pour Douglas cela n'avait  rien d'inhabituel.Voici ce qu'il disait de David
" "Seuls sont les indomptés" est l'un des films les plus difficiles, physiquement, que j'aie jamais faits. Le tournage eut lieu près d'Albuquerque, dans la région où nous avions tourné "Le gouffre aux chimères", mais cette fois-ci dans les montagnes. En plein mois de mai, nous tournions dans la neige, le brouillard, la pluie glacée. Depuis" Les Vikings", je n'avais pas vu d'aussi mauvais temps en été. On se trouvait à 3300 mètres, et des gens de l'équipe s'évanouissaient ou tombaient malades en raison du manque d'oxygène. Ou bien l'on ne pouvait plus tourner à cause de la violence des vents. Nous avons dû utiliser une soufflerie pour disposer de vent à tout moment et nous permettre de retrouver les effets que la marâtre nature nous dispensait sans que nous l'eussions demandé. Ce fut également l'une des premières fois où l'on tourna d'un hélicoptère ; ce fut très difficile à mettre au point.
J'avais choisi David Miller comme réalisateur, et je le regrettais. Je sentais qu'il était loin de faire du bon travail. Il était malheureux sur le tournage. Je jouai les julots et lui présentai une fille. J'aurais fait n'importe quoi pour le rendre heureux et lui permettre de terminer le film. Il est le seul, je crois, à n'avoir pas donné le meilleur de lui-même dans ce film.
Au milieu du tournage, David apprit que son père venait de mourir. Il s'absenta pour deux jours, mais nous ne pouvions nous permettre de nous arrêter. Eddie Lewis prit sa place comme réalisateur, et fit du bon travail. Je lui demandai ensuite s'il avait eu le trac, et il me répondit : « Quand on a un scénario excellent, des acteurs extraordinaires, un bon chef-opérateur et pas d'effets spéciaux, le réalisateur peut rentrer chez lui. »
Je me disputai souvent avec David sur le tournage. Une fois, il me fit mettre avec mon cheval le long d'un ravin, sur un rebord très étroit, et voulait me voir contourner le cheval du côté du vide.
David, vous êtes fou? Il suffit que le cheval fasse un écart et moi je tombe dans le ravin. Il suffirait qu'il bouge d'un pas. Il marmonna quelques mots indistincts. «Je vous en prie, David, si ça ne vous fait rien, je contournerai le cheval de l'autre côté. Contre la paroi. »
Le cheval ne risquait pas de tomber, parce qu'un cheval sait toujours se protéger. Dans certains films, je suis passé à cheval dans des endroits très étroits, et je me suis éraflé les jambes, par ce  que le cheval savait bien, lui, qu'il pouvait passer. S'il y a une branche basse et que le cheval peut passer en dessous, c'est au cavalier de se baisser. Un cheval ne fait attention qu'à lui-même. Cela agaçait David. Cet agacement m'agaçait en retour, je le  jugeais peu soucieux de la sécurité des gens. Un réalisateur aurait dû dire : « Vous avez raison. Contournez-le de ce côté-là. »
C'est ce genre d'attitudes qui conduit à des accidents comme celui qui s'est produit sur le tournage de Twilight Zone.L'acteur  principal fut décapité, et deux enfants, qui travaillait illégalement, furent tués.  
Miller abordé des genres tels que le psychodrame (Capitaine Newman MD [1963]), l'espionnage  (Hammerhead [1968]) et le thriller (Executive Action [1973]).
Il se retira discrètement  du cinéma en 1976 avec Bittersweet (1976).Et fera un peu de télévision.
LE REFRACTAIRE...BILLY THE KID...1941


SUNDAY PUNCH...1942
LES TIGRES VOLANTS ...FLYING TIGERS ...1942
SUNDAY PUNCH...SUNDAY PUNCH...1942
LA PECHE AU TRESOR       ...LOVE HAPPY            ...1949

 
TOP O' THE MORNING...1949
CELLE DE NULLE PART      ...OUR VERY OWN         ...1950

SATURDAY'S HERO...1951
LE MASQUE ARRACHE         ...SUDDEN FEAR     ...1952
MEURTRE SUR LA RIVIERA...BEAUTIFUL STRANGER...1954
DIANE DE POITIERS ...DIANE ...1955
LE SEXE OPPOSE...THE OPPOSITE SEX...1956
THE STORY OF ESTHER CASTELLO...1957
JOYEUX ANNIVERSAIRE ...1959


PIEGE A MINUIT...MIDNIGHT LACE...1960
HISTOIRE D'UN AMOUR...BACK STREET...1961
SEULS SONT LES INDOMPTES...LONELY ARE THE BRAVE...1962


LE COMBAT DU CAPITAINE NEWMAN ... ...1963
LES REQUINS VOLENT BAS...HAMMERHEAD...1968


HAIL HERO...1969
EXECUTIVE ACTION ...EXECUTIVE ACTION ...1973
BITTERSWEET LOVE  ...1976




1979 Goldie and the Boxer (TV )
1979 Love for Rent (TV )
1979 The Best Place to Be (TV)
DAVID MILLER

DAVID MILLER

Publié dans REALISATEUR

Commenter cet article