CHARLES BOYER

Publié le par cinestranger

CHARLES BOYER


Charles Boyer  a eu   la palme du séducteur n° 1 du cinéma,  si l'on s'en tient au nombre de rôles d'amants qu'il a tenus pendant quarante ans avec les partenaires les plus diverses. Dans Algiers (remake américain de Pépé le Moko) il tentait d'entraîner Hedy Lamarr dans la Casbah : il n'y parvenait pas et se faisait tuer à cause d'elle, mais, dans tous ses autres films, il faisait céder au premier coup d'œil les stars les plus affolantes qu'on ait vues sur l'écran, et ce qui est encore plus incroyable, c'est qu'il continuait à y parvenir plus d'un demi-siècle après avoir fait ses débuts au cinéma. Parmi les partenaires les plus prestigieuses de celui que les Américaines avaient baptisé « l'amant français », il faut citer Greta Garbo (la plus belle conquête de Napoléon-Boyer dans Marie Walewska), Danielle Darrieux (Vetsera folle de Boyer-Rodolphe dans Mayerling), Irène Dunne (qui se faisait renverser par une voiture pour avoir été trop pressée de rejoindre Boyer dans Elle et lui), Ingrid Bergman (dont il essayait de se débarrasser dans Hantise),

Marlène Dietrich (qui s'éprenait de lui au milieu du désert dans le Jardin d'Allah), Lauren Bacall (que Boyer fascinait par son intelligence dans l'Agent secret) et Jennifer Jones (qui l'aimait, sous les espèces d'un réfugié tchèque, dans la Folle Ingénue).  Leslie Caron en 1960 et le Stavisky de Resnais en 1974, dans lequel Boyer était entouré d'une nuée de ravissantes jeunes femmes. Ce n'était pas, au demeurant, un mauvais acteur; mais, s'il bénéficia de cinq « nominations » au titre du meilleur interprète masculin (dont la dernière en date pour Stavisky précisément), il ne décrocha jamais l'Oscar lui-même.
Né le 28 août 1899 à Figeac. il avait débuté au temps du muet (dans l'Homme du large, de Marcel L'Herbier, en 1920). Assez vite, il passa en vedette, en particulier dans le Capitaine Fracasse, d'Alberto Cavalcanti, en 1927. Dès 1931, il traversa l'Atlantique et joua pour la première fois en anglais dans The Magnificent Lie (avec Ruth Chatterton), puis dans The Man from Yesterday (avec Claudette Colbert). Il fut le partenaire d'Annabella dans la Bataille, celui de Loretta Young dans Caravane et celui de Katharine Hepburn dans Break of Hearts, mais ce fut son interprétation de Mayerling, face à Danielle Darrieux, qui le rendit internationalement célèbre. Que Boyer valait peut-être un peu mieux que sa réputation d' « amant français », il en fournit la preuve en jouant fort bien des rôles comiques, par exemple dans le délicieux Tovaritch (aux côtés de Claudette Colbert) et dans History is Made by Night (avec Jean Arthur).
Peu de stars sont parvenues à « durer » aussi longtemps — et aussi élégamment — que Charles Boyer. Il a réussi à demeurer un séducteur vraisemblable (parfois dans des rôles de composition) durant toute la décennie 1950-1960 et même au-delà. Il était au meilleur de sa forme dans Madame de... (où il retrouva Darrieux) et encore convaincant dans Une Parisienne face à Brigitte Bardot. Il parut sans déchoir aux côtés de Sophia Loren dans la Fortuna di essere Donna, de Martine Carol dans Nana, de Michèle Morgan dans Maxime, et dans bien d'autres films.


En 1934, Boyer avait épousé l'actrice anglaise Pat Paterson, et. contrairement à ce que la réputation de l'acteur (et la concurrence des plus jolies femmes du monde) auraient pu faire craindre, ce ménage fut extrêmement uni et heureux pendant quarante-quatre ans. Mais, en août 1978. Pat Paterson succomba à un cancer et Charles Boyer mit fin à ses jours le surlendemain. Son fils unique s'était suicidé en 1965.
Voici ce que disait Ingrid Bergman dans son livre :

Charles Boyer était merveilleux. C'est l'acteur le plus intelligent avec qui j'aie jamais travaillé et aussi l'un des plus gentils. Il était très cultivé, très bien élevé, et si différent. Il avait cet accent et cette voix magnifiques, et ces yeux — ces beaux yeux de velours... Dans Hantise, il jouait le rôle d'un homme qui m'épouse puis essaie de me rendre folle parce que ce qui l'intéresse, ce sont les bijoux de ma tante cachés quelque part dans notre vieille maison.
Nous avons passé ensemble une période merveilleuse. Charles était marié à Pat Patterson, une actrice anglaise qui avait abandonné sa carrière au moment de l'épouser. Depuis dix ans au moins, ils essayaient d'avoir un enfant. Quelques mois avant Hantise, Pat s'est enfin trouvée enceinte. Aussi, pendant le tournage, Charles était-il sans arrêt en train de courir au téléphone pour s'assurer que tout allait bien. Et je n'oublierai jamais : un jour, la sonnerie retentit, il se précipite à l'appareil, et il revient en larmes. On venait de lui annoncer qu'il avait un fils. Champagne — il a fallu que tout le monde boive le Champagne. Et plus le Champagne coulait, plus il pleurait. Ce jour-là, on n'a plus rien tourné. On aurait dit que personne au monde n'avait eu de fils avant lui.
Nous étions tous ravis pour lui. Pat et lui adoraient leur fils — le petit Michael. Quatre ans plus tard, alors que nous jouions ensemble Arc de triomphe, Charles nous l'a amené sur le plateau. C'était un enfant magnifique; il ressemblait beaucoup à son père ; il avait les mêmes yeux de velours. Et Charles était très fier de lui.
Je ne l'ai revu que dans les années soixante, alors que je vivais en France. Charles n'était plus que l'ombre de ce qu'il avait été. On m'avait partiellement raconté le drame. Michael était devenu un robuste jeune homme sensible et vulnérable comme son père. Pour ses vingt et un ans, Charles lui avait donné tout ce dont rêve un garçon de cet âge : les clés d'un appartement bien à lui.
Là-dessus, Michael est tombé amoureux d'une fille. Ce qui s'est passé au juste, j'imagine que personne ne le saura jamais. La fille se trouvait dans l'appartement avec Michael et un autre garçon dont elle était censée être amoureuse. Il y a eu une querelle, ou du moins une discussion, et Michael a sorti un revolver. A-t-il voulu jouer à la roulette russe pour impressio
nner les autres ? Avait-il vraiment eu l'intention de se suicider ? On l'ignore. Mais le fait est qu'il a appuyé le revolver sur sa tempe, qu'il a pressé sur la détente, et qu'il s'est brûlé la cervelle.
Ni Charles ni Pat ne s'en sont jamais remis. Ils ont quitté Hollywood pour essayer de vivre à Genève, et puis Pat est tombée malade et ils sont retournés en Arizona pour sa santé. Elle est morte là-bas en 1978 d'une tumeur au cerveau. Charles avait perdu les deux êtres qui lui étaient le plus chers. J'imagine qu'il n'a pas pu le supporter. Il ne voulait voir personne. Trois jours après, il a pris une overdose.
C'était un acteur incomparable. Je me souviens d'une représentation des Mains sales de Jean-Paul Sartre, à New York. Derrière moi, il y avait deux femmes qui, au moment où il est entré en scène, se sont mises à chuchoter : « Mon Dieu ! C'est ça, Charles Boyer ! Il est tout petit ! Il a du ventre ! Il est presque chauve ! » Au bout d'un moment j'en ai eu assez ; je me suis retournée et j'ai dit : « Je vous en prie, attendez, attendez seulement qu'il commence à jouer ! » Elles se sont tues. Et il a commencé. Comme toujours, il a été magique, et il a tout de suite empoigné l'auditoire. Mes deux voisines n'ont plus dit un seul mot, elles se sont contentées d'applaudir. Et au moment de sortir elles ont fait bien attention à ne pas tourner les yeux dans ma direction.


MARCEL LHERBIER ..L'HOMME DU LARGE 1920
GEORGES MONCA ...CHANTELOUVE 1921
JEAN MANOUSSI ...LE GRILLON DU FOYER 1922
GEORGES MONCA... L'ESCLAVE 1922
LUITZ MORAT ...LA RONDE INFERNALE 1927
ALBERTO CAVALCANTI ...LE CAPITAINE FRACASSE 1928
CARL FROELICH ...BARCAROLLE D'AMOUR 1929
MARCEL DE SANO ...LE PROCES DE MARY DUGAN 1929
PAUL FEJOS ...REVOLTE DANS LA PRISON 1930
BERTHOLD VIERTEL... LE MERVEILLEUX MENSONGE 1931
ROBERT SIODMAK... TUMULTES 1931
BERTHOLD VIERTEL ...LE REVENANT 1932
JACK CONWAY... LA BELLE AUX CHEVEUX ROUX 1932
KARL HARTL... L F1 NE REPOND PLUS 1932
FIEDRICH HOLLANDER... MOI ET L'IMPERATRICE 1932
MARCEL L'HERBIER... L'EPERVIER 1933
NICOLAS FARKAS... LA BATAILLE 1933
FRITZ LANG... LILIOM 1934
ERICK CHARELL ...CARAVANE 1934
MARCEL L'HERBIER... LE BONHEUR 1934
GREGORY LA CAVA ...MONDES PRIVES 1935
PHILIPP MOELLER ...CŒURS BRISES 1935
JAMES FLOOD ...SHANGHAI 1935
ANATOLE TITVAK... MAYERLING 1936


RICHARD BOLESLAWSKI... LE JARDIN D'ALLAH 1936
FRANK BORZAGE ...LE DESTIN SE JOUE LA NUIT 1937
CLARENCE BROWN ...MARIE WALEWSKA 1937


ANATOLE TITVAK... TOVARICH 1937
MARC ALLEGRET... ORAGE 1937
JOHN CROMWELL ...CASBASH 1938
LEO MCCAREY ...ELLE ET LUI 1938
JOHN M STAHL ...VEILLEE D'AMOUR 1938


MARC ALLEGRET ...LE CORSAIRE 1938
ANATOLE TITVAK ...L'ETRANGERE 1940


ROBERT STEVENSON...BACK STREET 1940
JULIEN DUVIVIER ...UNTEL PERE ET FILS 1940
MITCHELL LEISEN ...PAR LA PORTE D'OR 1941
WILLIAM SEITER ...RENDEZ VOUS D'AMOUR 1941
JULIEN DUVIVIER ...SIX DESTINS 1941
EDMUND GOULDING T...ESSA LANYMPHE AU CŒUR FIDELE 1943


JULIEN DUVIVIER ...FLESH ANS FANTASY 1943
GEORGE CUKOR... HANTISE 1944


CHARLES VIDOR ...COUP DE FOUDRE 1944
HERMAN SHUMLIN ...AGENT SECRET 1944
RENE CLEMENT ...LA BATAILLE DU RAIL 1944
ERNST LUBITSCH ...LA FOLLE INGENUE 1946
ZOLTAN KORBA... VENGEANCE DE FEMME 1947
LEWIS MILESTONE ...ARC DE TRIOMPHE 1947
OTTO PREMINGER ...LA 13° LETTRE 1950
DOUGLAS SIRK ...LA PREMIERE LEGION 1951
CHARLES VIDOR... TONNERRE SUR LE TEMPLE 1952


RICHARD FLEISCHER ...SACRE PRINTEMPS 1952
MAX OPHULS ...MADAME DE … 1953
CHRISTIAN JAQUE...NANA 1954


VINCENTE MINNELLI...LA TOILE D'ARAIGNEE 1955

ALESSANDRO BLASETTI...LA CHANCE D'ETRE FEMME 1955
MICHAEL ANDERSON... LE TOUR DU MONDE EN 80 JOURS 1956
HENRI VERNEUIL...PARIS PALACE HOTEL 1956
MICHEL BOISROND...UNE PARISIENNE 1957
ANTHONY QUINN... LES BOUCANIERS 1957
HENRI VERNEUIL ...MAXIME 1957
JOSHUA LOGAN...FANNY 1961
MARC ALLEGRET ...LES DEMONS DE LA NUIT 1961
ALFRED WEIDENMANN...ADORABLE JULIA 1961
DAVID SWIFT ...LE GRAND DUC ET L'HERITIERE 1962
MICHAEL GORDON... LE COUP DE L'OREILLER 1962
RENE CLEMENT...PARIS BRULE T'IL? 1962
WILLIAM WYLER... COMMENT VOLER UN MILLION DE DOLLARS 1962
JOHN HUSTON ...CASINO ROYALE 1967
GENE SAKS ...PIEDS NUS DANS LE PARC 1967
ETIENNE PERRIER ... LE ROUBLE A DEUX FACES 1967
STUART ROSENBERG ...FOLIES D'AVRIL 1969
BRYAN FORBES...LA FOLLE DE CHAILLOT 1969
CHARLES JARROTT ...LES HORIZONS PERDUS 1972
ALAIN RESNAIS...STAVISKY 1973
VINCENTE MINNELLI ... NINA 1976

CHARLES BOYER

CHARLES BOYER

Publié dans ACTEURS

Commenter cet article