" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

JEAN COCTEAU
JEAN COCTEAU

JEAN COCTEAU, grand poète du 19° siècle a marqué le cinéma par ses scénarios et ses réalisations.

JEAN COCTEAU JEAN MARIS EDWIGE FEUILLERE
COCTEAU JEAN MARIS EDWIGE FEUILLERE

Il est né Jean Maurice Eugène Cocteau le 05 juillet 1989  à Maisons-Lafitte dans les Yvelines et est décédé le 11 octobre 1963.

En plus d'être un administrateur, il était un poète, romancier, peintre, dramaturge, scénariste et acteur. Il commença à écrire à 10 ans et a été un poète publié dés l'âge de 16 ans. Il a  toujours été un poète dans l'âme.

Jean Cocteau  connut le succès dès la parution de ses premiers recueils de poèmes : « La Lampe d'Aladin » (1909) et « Le Prince frivole » (1910).
Écrivain au style à la fois incisif et précieux, peintre original sinon excellent, Cocteau était capable de s'imposer, par son éclectisme, dans presque tous les domaines artistiques.

Le titre de son recueil de poèmes « Le Prince frivole » le définit particulièrement bien : jeune et brillant, il fut, durant la Première Guerre mondiale, l'enfant chéri du Tout-Paris. Il le charmait par ses conceptions hardies,  par sa connaissance des nouvelles tendances . Il s'efforça d'explorer tous les domaines de l'art, se lançant sans hésiter dans toutes les expériences nouvelles (« Ballets russes » de Diaghilev, « Groupe des six », mouvement surréaliste, néoclassique et cinéma sonore).

Au cinéma, ses premiers travaux provoquèrent des réactions ouvertement hostiles; son premier film. Le Sang d'un poète, sorti en 1930, fut jugé comme un exemple de surréalisme de salon, comparé au violent et subversif Age d'or (1930) de Bunuel; pis encore, quand son chef-d'œuvre, Orphée, fut présenté pour la première fois à Paris en 1950, certains cinéphiles, peu nombreux, il e"st vrai, eurent tendance à railler les recherches formelles et esthétisantes de Cocteau.

Dans Le Sang d'un poète", les thèmes chers à Cocteau sont donc exprimés puissamment par les images, grâce, justement, à la faculté qu'offre le cinéma de les rendre visibles, tangibles : l'immuable barrière qui sépare un amant de l'objet de son désir; un miroir qui sert de porte pour passer dans l'au-delà; la vie intérieure qui anime une œuvre d'art; les morts successives qu'un artiste doit subir avant de pouvoir accéder à la vie authentique et l'inévitable martyre qui accompagne le processus même de création.
 La mystérieuse habileté qui permet à un artiste d'ensorceler son public et de l'entraîner où il veut, par-delà les étroits couloirs du réel, se confirme dans les films suivants : La Belle et la Bête (1946), L'Aigle à deux têtes (1947), Orphée et Le Testament d'Oiphée(1959).

L'Éternel Retour (1943), dont il écrivit le scénario pour Jean Delannoy, est volontiers considéré comme son expérience la plus réussie.

 Cocteau a aussi été un homosexuel, et n'a pas tenté de le cacher. Son acteur préféré est son ami intime Jean Marais, qui est apparu dans presque chacun de ses films.

JEAN COCTEAU

 

 


-

1931 Le Sang d’un poète

JEAN COCTEAU
Le Sang d’un poète


1946 La Belle et la Bête, co. tech. René Clément

JEAN COCTEAU
La Belle et la Bête


1948 L’Aigle à deux têtes


1949 Les Parents terribles

JEAN COCTEAU
Les Parents terribles


1950 Orphée

JEAN COCTEAU
ORPHEE


1960 Le Testament d’Orphée

JEAN COCTEAU
JEAN COCTEAU
JEAN COCTEAU
JEAN COCTEAU
JEAN COCTEAU
JEAN COCTEAU
JEAN COCTEAU
JEAN COCTEAU
JEAN COCTEAU

JEAN COCTEAU

Tag(s) : #REALISATEUR

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :