" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rebel Without a Cause

LA FUREUR DE VIVRE

titre original Rebel Without a Cause

A FUREUR DE VIVRE
Réalisation   .................................... Nicholas RAY (1955)
Scénario ....................................... Stewart STERN
D'après l'histoire de  ............................ Nicholas RAY
Adaptation Irving SHULMAN

avec
Jim Stark   ..................................... James DEAN


Judy  .......................................... Natalie WOOD


M. Stark  ...................................... Jim BACKUS
Mrs. Stark  ..................................... Ann DORAN
Plato    ......................................... Sal MINEO
Buzz   ......................................... Corey ALLEN
Goon   ......................................... Dennis HOPPER
La mère de Judy ............................... Rochelle HUDSON
l-e père de Judy ............................... William HOPPER
Ray Tramcck   .................................. Edward PLAIT

 

Jim est le fils d'une famille de petits-bourgeois récemment installés en Californie. Il est arrêté
pour ivresse . Dégrisé, il a un entretien avec un fonctionnaire compréhensif . Le lendemain, Jim découvre son nouveau collège et rencontre Judy et sa turbulente bande de copains. Au cours d'une visite au planétarium, il se lie avec Plato, un orphelin en quête d'affection.

Rebel Without a Cause

A la sortie, Jim se bat avec Buzz , le chef de la bande et le petit ami de Judy. Ils décident de se retrouver le soir pour une compétition au cours de laquelle chacun devra lancer sa voiture jusqu'au bord de la fa/aise et en sauter au dernier moment. Ils se retrouvent comme prévu. Ils se mettent en ligne  et Judy donne le signal du départ.

Mais au bord de la falaise, la manche de Buzz est prise dans la poignée de sa voiture, et le malheureux est précipité dans le vide. Jim console Judy et la reconduit chez elle. Il
veut prévenir la police, mais il se heurte à l'opposition de ses parents. S'ensuit une violente querelle . Jim finit cependant par se rendre au poste de police.

Les amis de Buzz le rencontrent et lui promettent de se venger de lui. Mais Jim va chercher Judy et l'emmène dans une grande maison abandonnée, sur les collines. Plato les rejoint . Jim et Judy se déclarent leur amour . Mais Plato est rossé par les amis de Buzz, qui l'avaient suivi. Plato tire sur l'un de ses agresseurs. Survient alors la police, qui poursuit Plato jusqu'au planétarium. Jim réussit néanmoins à persuader Plato de se rendre. Mais des coups de feu partent, et Plato tombe. Jim, bouleversé, referme la veste de son ami, puis éloigne Judy de la scène.

Rebel Without a Cause



C'est en Grande-Bretagne, en janvier 1956, qu'eut lieu la première européenne de La Fureur de vivre. La plupart des critiques soulignèrent les qualités de la réalisation, ainsi que l'originalité de l'interprétation de James Dean. Certains, cependant, jugèrent le film immoral ou, pour le moins, excessif, tel le chroniqueur du Spectator, qui déclarait : « Sa solennité est assez irritante, si l'on considère que quelques bonnes gifles résoudraient une bonne partie des problèmes soulevés. »
En France, les réactions furent à cet égard beaucoup plus nuancées.

Film à thèse, La Fureur de vivre se rattache à l'une des traditions les plus spécifiques de la Warner. Les thèmes à caractère social ont toujours eu la faveur de cette compagnie, depuis des œuvres comme Les Anges aux figures sales (Angels With Dirty Faces, 1938) de Michael Curtiz, jusqu'aux films contemporains de série B consacrés à l'adolescence comme On ne joue pas avec le crime ( Five Against the House, 1955) de Guy Madison, en passant par certains thrillers comme Le Démon des armes (Gun Crazy, 1949) de Joseph H. Lewis.
Mais Nicholas Ray et le scénariste Stewart Stern cherchèrent à donner à leur film une épaisseur psychologique et sociale particulière. Ils passèrent plusieurs semaines à s'entretenir avec de jeunes chefs de bande, ainsi qu'avec des policiers spécialisés dans la délinquance juvénile. Ils rencontrèrent plusieurs criminologistes, dont l'un avait exercé ses talents de psychiatre au procès de Nuremberg. Bref, le cinéaste s'était entouré de toutes les précautions nécessaires.
Comme devait l'observer Éric Rohmer dans Les Cahiers du cinéma, La Fureur de vivre respecte la division en cinq parties de la tragédie classique. Acte I : exposition, avec la description du conflit entre les parents et les enfants. Acte II : Jim se lie d'amitié avec Plato et se bat avec Buzz. Acte III : la fameuse séquence de la falaise. Acte IV : Jim et Judy goûtent une paix fugitive en compagnie de Plato. Acte V : le dénouement tragique. Conformément aux préceptes aristotéliciens, l'action se trouve presque contenue en vingt-quatre heures. Le rythme du récit est tel que le spectateur ne peut relâcher un instant son attention, et sa participation se trouve cristallisée dans la scène de la dispute où Jim lance : « Nous sommes tous concernés! »

 

Rebel Without a Cause
Rebel Without a Cause
Rebel Without a Cause
Rebel Without a Cause
Rebel Without a Cause
Rebel Without a Cause
Rebel Without a Cause

Rebel Without a Cause

Tag(s) : #FILMS ANCIENS

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :