" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

chaleur-et-poussier

CHALEUR ET POUSSIERE

titre original : Heat and dust.

1982.

réalisé par  James Ivory. Scénario : Ruth Prawer Jhabvala d'après son roman.

chaleur-et-poussiere

avec : Julie Christie (Anne), Shashi Kapoor (le Nawab), Greta Scacchi (Olivia Rivers), Christopher Cazenove (Douglas Ri-vers), Zakir Hussain (Inder Lal).

chaleur-et-poussiere

Une romance qui fît scandale dans l'Inde des années 20.

chaleur-et-poussiere


Journaliste à la B.B.C., Anne part en Inde à la recherche du passé de sa grand-tante Olivia Rivers. . Anne (Julie Christie). intriguée par le destin mystérieux, jamais élucidé, de sa grand-tante Olivia, épouse d'un haut fonctionnaire britannique dans l'Inde des années 20.

chaleur-et-poussiere

Un drame, il y a soixante ans.  Indiqué, mais jamais vraiment raconté dans les lettres qu'adressait Olivia à sa sœur. Et ces lettres, Anne vient justement de les découvrir.

chaleur-et-poussiere


A vingt kilomètres de la ville, le palais du prince Nawab est  une sorte de musée. Un mausolée. Telle villa est un bureau de poste. Tel bureau, où Anna est reçue par son hôte, Inder Lal, était, hier, le boudoir d'Olivia. Et l'épopée coloniale entre Inde et Grande-Bretagne, ce mélange de séduction et d'incompréhension, ce «je t'aime, moi non plus» constant entre colonisé et colonisateur. se prolonge et se répercute dans les interrogations d'Anne et dans l'épopée intime d'Olivia, de Douglas et du prince Nawab.

chaleur-et-poussiere


Car le crime d'Olivia fut d'aimer et d'être aimée du prince Nawab. Elle tomba enceinte et fut contrainte d'avorter. Aussi bien par la Bégum, mère de Nawab, qui ne voulait pas de cet "enfant de la honte", que par la communauté britannique qui, dans cette liaison, voyait une manœuvre politique du prince. Les faits historiques et politiques pesèrent trop lourd dans cette 'romance".
L'Histoire n'est pas forcément un éternel recommencement. L'itinéraire d'Anne sera pourtant parallèle à celui d'Olivia, à laquelle elle s'identifie de plus en plus. Elle aussi se laissera séduire par un Indien. Elle aussi se retrouvera enceinte. Mais contrairement à sa grand-tante, elle  refusera l'avortement. Et elle accouchera dans la maison même qu'avait fait construire Nawab pour Olivia. Elle fuira chaleur et poussière et partira pour une solitude dans la montagne, là où la neige est plus blanche...

chaleur-et-poussiere


C'est la troisième fois, après "Les Européens" (1977) et "Quartet" (1981) que James Ivory (soutenu par son producteur et associé Ismail Merchant) se retrouve dans la compétition cannoise.

 Présenté en compétition au Festival de Cannes 1983, "Chaleur et poussière" est l'occasion pour James Ivory de renouer avec l'Inde qui l'a si souvent inspiré. C est aussi sa onzième collaboration avec l'écrivain Ruth Prawer Jhabvala .

Grande vedette du cinéma indien, Shashi Kapoor tourne ici son quatrième film avec Ivory, après "The householder" (63), "Shakespeare Wallah" (64) et "Bombay talkie" (70).

Ruth Prawer Jhabvala. Polonaise, née en Allemagne, ayant vécu à Londres,  a épousé un architecte hindou, elle a habité à la Nouvelle-Delhi pendant vingt-cinq ans. Elle exprime dans son œuvre, mieux que personne, une vision européenne de ce territoire. A travers ses scénarios, ses nouvelles ou ses romans ("Heat and dust" a obtenu le Booker Award, c'est-à-dire le Goncourt anglais), elle décrit, sans doute mieux que personne, ce que fut en son temps, ce qu'est aujourd'hui, la vie d'un Occidental en pays asiatique.

.

chaleur-et-poussiere
chaleur-et-poussiere
chaleur-et-poussiere
chaleur-et-poussiere
chaleur-et-poussiere
chaleur-et-poussiere
chaleur-et-poussiere
chaleur-et-poussiere

chaleur-et-poussiere

Tag(s) : #FILMS ANCIENS

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :