" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LOUIS MALLE est né le 30 octobre 1932 à Thumeries  et est décédé le  23 novembre 1995 à Beverly Hills

Louis Malle est issu d'une grande famille d'industriels du sucre (c'est le petit-fils d'Henri Béghin, fondateur de la marque de sucre Beghin-Say). Il grandit dans le milieu de la grande bourgeoisie et traverse l'Occupation dans différents internats catholiques (dont celui qu'il évoquera plus tard dans Au revoir les enfants). Dès l'âge de 14 ans, il s'initie à la réalisation avec la caméra 8 mm de son père. Il pense étudier les sciences politiques à l'Université de Paris, mais c'est à ce moment que se décide sa carrière de cinéaste.

 Etudiant à l’IDHEC, il interrompt ses études pour devenir coréalisateur avec le commandant Cousteau du Monde du silence, Palme d’or en 1953.

Esprit indépendant,il s’est consacré au documentaire entre 1968 et 1974, ou plus tard, à l’ère des révisions post-68 (Milou en mai, 1990)
Ensuite les longs métrages : il s’exprime tout d’abord par une succession d’expériences qui, toutes, contiennent leur critique en même temps que leur affirmation. Ainsi Ascenseur pour l’échafaud (1958), policier classique, est transfiguré par une bande-son composée d’improvisations de
jazz (par Miles Davis) et par la plastique des images nocturnes, ou les Amants, dont les images un peu guindées visent à tempérer l’érotisme des scènes intimes, Son approche du mythe Bardot, dans Vie privée (interprété par la star elle même), procède de la chronique plutôt que de la romance. Le Feu follet, portrait d’un dandy suicidaire, est froidement nihiliste... Suivront des films s’opposant moins aux conventions narratives," Viva Maria" et"le Voleu"r, deux comédies d’un amoralisme réjouissant, ou" Lacombe Lucien", dont le scénario(un jeune paysan s’engage dans la Gestapo en 1944) a suscité bien des polémiques.
Son  expérience sera diverse , Il poursuit sa carrière aux Etats—Unis entre 1977 et 1987 avec un film de gangster (Atlantic City), un remake du Pigeon de Monicelli (Crackers), une dénonciation de la violence anti—immigrés (Alamo Bay), un mélodrame en costumes (la Petite), mais aussi une tentative digne des cinéastes newyorkais (MyDinner WithAndré)...


Dans ses films les plus importants, a, Malle pratique une forme de  pudeur et de sensibilité. Il intègre des souvenirs personnels (en particulier dans le dramatique "Au revoir les enfants", sur la répression antisémite durant l’Occupation ou bouscule les valeurs bourgeoises: dans sa comédie le Voleur(où triomphe le crime), dans les Amonts qui eut un succès de scandale à sa sortie, dans le Souffle au coeur (l’inceste), dans la Petite (le puritanisme et les maisons closes).

 

 

Il a été marié 2 fois dont Candice Bergen



1955 Le Monde du silence,
co. Jean-Yves Cousteau, doc.
1958 Ascenseur pour l’échafaud
Les Amants
1960 Zazie dans le métro
1962 Vie privée
1963 Le Feu follet

1965 Viva Maria
1967 Le Voleur
1968    Histoires extraordinaire
ép. « William Wilson »
1971    Le Souffle au coeur
1974    Lacombe Lucien

1975    Black Moon
1978    La Petite
   (Pretty Baby)

1980    Atlantic City
1982    My Dinner With André
1984    Crackers
1985    Alamo Bay
1986    Le Pays de Dieu
(God’s Country)
1987   Au revoir les enfants
1990    Milou en mai
1992    Fatale
1994    Vanya 42’~ Rue

 

 

LOUIS MALLE

LOUIS MALLE

Tag(s) : #REALISATEUR

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :