ANECDOTE PIERRE MONDY

Publié le par cinestranger

MAIS OU EST DONC PASSEE LA 7° COMPAGNIE ?

"Premiers jours de tournage. Ceux qui ne connaissent pas Robert LAMOUREUX  découvrent son caractère un peu soupe au lait : il sait exactement ce qu'il veut et, quand il ne l'obtient pas d'emblée, il s'énerve. Entre deux scènes ( Aldo s'amuse, il roule des mécaniques, fait «Aldo la classe», bref, rejoue L'aventure, c'est l'aventure"  : l'oeil noir de Lamoureux qui le remet à sa place de sans-grade : « Hé, attention, c'est du sérieux, ici ! » Aldo qui boude mais finira par s'acclimater à la rigidité de Robert. Ensuite, c'est Jean Lefebvre qu'il faut rappeler à l'ordre pour ses retards permanents : attendu à neuf heures du matin au maquillage, il arrive tranquillement à midi. Ses justifications vaseuses  : « J'ai failli avoir un accident mortel... » En réalité, c'est sa
passion pour la nuit, les femmes et le casino. Il suffit de voir ses yeux éteints pour comprendre qu'il a joué jusqu'à l'aube... Robert le regarde silencieusement, puis secoue la tête comme s'il chassait une idée de meurtre : « Bon... allez... on avance... pressons, pressons ! » Avec Jean, il valait mieux lâcher prise tout de suite..."

Pierre Mondy dit"
"Nous avions bien ri en lisant le scénario, confortablement installés dans les canapés d'Alain Poiré, mais, sur « le champ de bataille », c'est une autre histoire. Je me dis souvent : « C'est dingue, je ne vais pas faire ça... », puis j'entends le mot « action », et j'y vais, les autres derrière moi. Il y a chez Robert une propension au sadisme à nous faire barboter dans la flotte glacée, torrents, rivières ou mer, mais on s'y plie sagement en troufions obéissant aux ordres du général Lamoureux. Le clou a été de nous faire tourner à l'intérieur de la roue d'un moulin à eau. On boit tous la tasse, mais c'est le prix du gag. Pas de répit entre les scènes mouillées : on sort de l'eau, on se sèche, on se change et c'est reparti. On carbure au rythme des idées de Robert et il en a trois à la seconde. Les répétitions finies, il voudrait qu'on tourne dans l'instant, ignorant délibérément les questions techniques. Il tape du pied, râle, tempête, cette attente le rend fou. Et quand Robert n'est pas content, il appelle tout le monde « mon lapin ». Le soir, entre nous, on comptabilise le nombre de « lapins » que nous avons obtenus. Je crois qu'au score, Jean Lefebvre était loin devant !
Robert impose une rigueur de jeu, jusqu'aux dialogues que nous devons respecter le doigt sur la couture du pantalon. Pas question d'improviser. Lui qui a luit tant de cabaret connaît par cœur les ressorts du comique : si on déplace un adjectif, la phrase ne fonctionne plus.

 Henry  Guybet en fait les frais, dans le deuxième volet de "La  7e Compagnie" en redisant la même réplique trente-cinq fois d'affilée ! L'intonation n'était jamais la bonne. « Pas capitaine, commandant! Pas capitaine, commandant! », répète-t-il, excédé, face à Robert jamais content « Il me fait chier, là, ou quoi? murmure Guybet .

Publié dans ANECDOTE

Commenter cet article