" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

SERGE REGGIANI

Il a été comédien avant de de­venir chanteur, mais c'est la chan­son qui lui a remodelé un visage et profilé une sensibilité auprès l'un public qui ne l'avait, jusque-là, connu qu'à travers ses per­sonnages de dur de banlieue, de bagarreur et de traître. Son phy­sique sec et râblé et cette volonté l'en découdre qu'il avait inscrite dans ses traits noueux l'avaient, il est vrai, prédestiné à ce genre de rôles, même si ses rares compo­sitions en jeune premier, dans « Les amants de Vérone «  et « Au royaume des cieux « , avaient alors conféré à ce type de héros cinématographique une saveur inédite. C'est néanmoins à Jacques Canetti, le « faiseur de chanteurs », que revient le mérite d'avoir pressenti chez cet acteur vieillissant, à jamais brouillé avec des étiquettes de jeune premier ro­mantique et d'ordure déclarée, et que l'âge avait éloigné des deux, tout ce que cette intense gravité comme cette gueule de Pierrot triste recelaient de tendresse, de pathétique et de sincérité. Car, si Serge Reggiani est devenu, à 44 ans, une vedette de music-hall, c'est bien parce qu'il touche autant qu'il émeut, à travers un répertoire qui dit merveilleusement ses blessures, les désespérances et la mélancolie de la vie, et dans lequel le public qui l'écoute se projette. toutes générations confondues. Parachevons le portrait en disant qu’il  il fut également l'intime de Picasso et l’un des interlocuteurs privilégiés de Sartre et  Cocteau, et voilà un bien joli parcours pour un fils de Barbier

 

Grand artiste "français " né en Italie le 02/05/1922 et décédé le 22/07/2004.
Son père est coiffeur et sa mère une choriste de l'opéra local.Elle lui transmettra son bel canto.
 Il a 8 ans lorsque ses parents s'installent en France pour fuir la dictature musolinienne .

Ce sera à Yvetot où son père décharge des caisses  et à Paris ensuite où son père  a ouvert un salon de coif­fure face à la prison Saint-Lazare et coiffe macs et prostituées.

Serge ne parle pas  français mais  3 mois après son arrivée il le parlera presque parfaitement car il "aime la langue française"

C'est une cliente, fâchée du produit à perma­nente qu'il lui a laissé couler dans l'œil, qui sera accidentellement à l'origine du destin artistique de notre jeune apprenti figaro, en l'envoyant « se faire voir en face ».

C'est avec un copain qu'il va faire de la figuration au théâtre.

En face, c'est aussi le Conservatoire des arts cinématographiques, où Serge Reg­giani est reçu sur la déclamation d'un poème. Un an plus tard, il s'inscrira au Conservatoire national d'art drama­tique, dont il sortira deuxième prix de comédie et de tragédie. Il y rencontre François Périer.Entre-temps, iI aura été boxeur amateur, imitateur de Tino Rossi dans des sketches pour cabaret et figurant au Châtelet et à Mogador, avant de faire des premiers pas feutrés au cinéma dans « Con­flit » et « Nuit de décembre ».

Pendant la guerre  il part avec des copains ( Signoret, Delorme et Janine Darcey ) En mars 1940, à la demande de Ray­mond Rouleau, il remplace Henri Vi­dal, malade, dans la pièce « Le loup-garou ». Un premier coup de projec­teur bientôt suivi d'une distinction majeure avec « Le carrefour des en­fants perdus ». Dans le rôle d'un dé­linquant, il séduit non seulement Ja­nine Darcey, qui sera la première de ses trois épouses, mais en plus, il se pose en émule français de James Cagney. Assimilé sans mal à l'au­teur de « La ballade des pendus » dans « François Villon », Serge Reg­giani est aussi le Roméo torturé et pétri de violence amoureuse dans « Les amants de Vérone ». Mais, déjà, son physique de tendre loubard et d'ange noir l'éloigné de la mièvre­rie des rôles de jeune premier, plus volontiers confiés à Michel Auclair et à Jean Desailly. Annoncé par son personnage de petite gouape dans « Manon », le Manda de « Casque d'or » est, à cet égard, un sommet, qui ne portera pourtant pas bonheur à son interprète à court terme. Consi­déré aujourd'hui comme un clas­sique du cinéma français, « Casque d'or » fut en effet un échec commer­cial. Et un mot de Becker erronément répercuté attirera à Serge Reggiani la réputation de porte-poisse. Jus­qu'en 1962, le comédien connaîtra d'ailleurs une relative période de pur­gatoire, tempérée il est vrai par de belles satisfactions à la scène. Loin du théâtre boulevardier, il choisira Racine, Vitrac et, surtout, Camus, dont il jouera, avec Maria Casarès, « Les justes » et « La dévotion à la Croix ». A l'époque, lorsqu'il tourne en Italie, il doit réapprendre sa langue natale, depuis longtemps ou­bliée.

Il aura tourné un film de Prévert non achevé "La fleur de l'âge"

1962 s'inscrit comme une année charnière dans le parcours artistique de Serge Reggiani, dans la mesure où elle relance sa carrière cinémato­graphique avec les meilleurs films ja­mais réalisés par Melville et Visconti, et éveille sa curiosité pour le music-hall par la commande de vingt et une chansons comme contrepoint musical à une pièce radiophonique.

Sa voix n'est pas précisément belle mais elle a cet accent de sincérité que lui reconnaît d'emblée Jacques Canetti, rencontré chez Montand et Signoret en 1963. Deux ans plus tard alors qu'il triomphe à la scène dans « Les séquestrés d'Altona », de Sartre ( 520 fois ), il sort un premier disque au­tour d'inédits de Boris Vian. Malgré une voix encore mal assurée, l'ac­teur décroche avec cet album le prix de l'académie Charles Cros et sé­duit Barbara, qui met à sa disposition pianiste et studio et le programme en vedette américaine de son récital à Bobino, en 1966. L'année suivante, « Les loups sont entrés dans Paris », « Ma solitude » et « Ma liberté » en font un chanteur à part entière. Il in­terprète les chansons des autres — Moustaki, Vidalie, Lemesle —, mais elles lui collent tellement à la peau qu'on les dirait siennes.

Sa vie personnelle sera marquée par un divorce.

Il rencontrera sa future femme Annie Noël  dans la pièce "Les 3 mousquetaires" . Il partira se reposer à Saint Paul de Vence "La colombe d'or" puis quittera Paris et fera construire une maison à MOUGEIN. Il aura 3 enfants de sa nouvelle épouse.

Il redivorcera plus tard pour épouser une danseuse qu'il a connue en 1958 : Noêlle Adams .

A l'exception de deux films pour son ami Roger Pigaut, sa carrière cinématographi­que marque alors le pas. D'autant qu'il s'est entre-temps trouvé une troisième activité au contact de Pi­casso : la peinture. En 1974, Sautet le ramène au premier plan. Les quinquas et leurs états d'âme sont à la mode, et le barde Reggiani a inspiré les cinéastes, qui en étaient restés à son image d'ange déchu.

Il y aura aussi "Lelouch" qui le compare à Jean Gabin"Mais, en 1980, alors qu'il l'a depuis trois ans associé à ses tours de chant, son fils Stéphane se suicide. Il prendra quin­ze ans pour s'en remettre, sombrant dans l'alcoolisme et la dépression, dont son second fils, Simon, viendra le tirer en lui proposant de jouer son propre rôle dans « De force avec d'au­tres ». Une thérapie qui lui sortira la tête de l'eau. Depuis, les rumeurs d'abandon, de retraite et d'épuise­ment physique n'ont cessé d'accom­pagner le comédien-chanteur. Mais il résiste et demeure terriblement vi­vant, malgré son masque pathétique de vieux roi Lear mal rasé.Jusqu'à sa mort le 22/07/2004.






LEONIDE MOGUY... CONFLIT... 1938
KURT BEMHART ...NUIT DE DECEMBRE... 1939
YVAN NOE ...SATURNIN ...1939
LOUIS DAQUIN ...LE VOYAGEUR DE LA TOUSSAINT ...1942
LEO JANNON ...LE CARREFOUR DES ENFANTS PERDUS ...1943
ANDRE ZWOBADA... FRANCOIS VILLON ...1945
MARCEL BLISTENE ...ETOILE SANS LUMIERE ...1945
MARCEL CARNE ...LES PORTES DE LA NUIT ...1946

SERGE DEBECQUE... COINCIDENCES... 1946
MARCEL CARNE... LA FLEUR DE L'AGE...1947
LUCIO DE CARO MANUEL ...CONTRABBANDIERE ...1948
ANDRE CAYATTE... LE DESSOUS DES CARTES ...1948
HENRI ALSNER ...LE MYSTERE DE LA CHAMBRE JAUNE... 1948

ANDRE CAYATTE ...LES AMANTS DE VERONE ...1949


H GEORGES CLOUZOT... MANON ...1949
 
JEAN GREVILLE... LE RETOUR DE LOUIS... 1949
JULIEN DUVIVIER... AU ROYAUME DES CIEUX ...1949
LOUIS DAQUIN... LE PARFUM DE LA DAME EN NOIR... 1949

MAX OPHULS ...LA RONDE... 1950
GEORGES LAMPIN ...LES ANCIENS DE SAINT LOUP... 1950
RAOUL ANDRE ...UNE FILLE A CROQUER ...1950
THOROLD DICKINSON... THE SECRET PEOPLE ...1951
FRANCO ROSSI... LES CHEMISES ROUGES... 1951
JACQUES BECKER ...CASQUE D'OR ..1951



GUIDO BRIGNONE... UNE FILLE DANGEREUSE ...1952
GIANNI FRANCIOLINI ...LES ANGES DECHUS ...1952
ANATOLE LITVAK ...UN ACTE D'AMOUR ...1954
SACHA GUITRY... NAPOLEON... 1954
ROBERT HOSSEIN ...LES SALAUDS VONT EN ENFER ...1955
FRANCESCO MASELLI ...LA DONNA DEL GIORNO... 1955
ROGER RICHEBE ...LA FILLE ELISA... 1956
RALPH HABIB ...LE PASSAGER CLANDESTIN... 1957
JEAN PAUL LE CHANOIS ...LES MISERABLES... 1957

GILLES GRANGIER... ECHEC AU PORTEUR ....1957
JULIEN DUVIVIER ...MARIE OCTOBRE..1958
LUIGI COMENCINI ...LA GRANDE PAGAILLE... 1960
MARTIN RITT... PARIS BLUES... 1961
LEOPOLDO SAVONA... LA DERNIERE ATTAQUE ...1961
JEAN PIERRE MELVILLE... LE DOULOS...1961
LUCHINO VISCONTI... LE GUEPARD ...1962
LUIGI COMENCINI ...A CHEVAL SUR LE TIGRE ..1962
CLAUDE CHABROL ...MARIE CHANTAL CONTRE LE DR KHA ...1965
HENRI VERNEUIL ...LA 25 HEURE... 1966
DAMIANO DAMIANI... LA MAFIA FAIT LA LOI ...1966
JEAN PIERRE MELVILLE ...L'ARMEE DES OMBRES ...1969
ROGER PIGAUT.. COMPTE A REBOURS... 1969
ROGER PIGAUT... 3 MILLIARDS SANS ASCENSEUR... 1972
ROBERT ENRICO... LES CAIDS ...1972


MARCO FERRERI ...TOUCHE PAS A LA FEMME BLANCHE...1973
CLAUDE SAUTET ...VINCENT FRANCOIS PAUL ET LES AUTRES... 1974
CLAUDE LELOUCH ...LE CHAT ET LA SOURIS...1975


CLAUDE LELOUCH ...LE BON ET LES MECHANTS ...1975
MICHEL LANG ...UNE FILLE COUSUE DE FIL BLANC... 1976
JACQUES ROUFFIO... VIOLETTE ET FRANCOIS ...1976
RENE FERET ...LA COMMUNION SOLENNELLE ...1976
GILLES CARLE.. FANTASTICA... 1979
ETTORE SCOLA ...LA TERRASSE... 1979
ROBERT ENRICO... L'EMPREINTE DES GEANTS ...1979
THEO ANGELOPOULOS... L'APICULTEUR ...1986
LEOS CARAX... MAUVAIS SANG... 1986
JOSE PINHEIRO ...NE REVEILLEZ PAS UN FLIC QUI DORT ...1988
JEAN PIERRE SAUNE ...COUPE FRANCHE ...1988
CLAUDE LELOUCH... IL Y A DES JOURS ET DES LUNES... 1988
JOSE DAYAN ...PLEIN FER ...1990
AKI KAURISMAKI ...J'AI ENGAGE UN TUEUR ...1990
RADU GABREA ...EMILE DES ROSES... 1992
SIMON REGGIANI... DE FORCE AVEC D'AUTRES ...1992
P GRANIER DEFERRE... LE PETIT GARCON ...1993
GERALD KRAWCZYK... HEROINES ...1996
CAROLEZ GIACOBBI.... LA LIBELULLE DE MONTMARTRE... 1998
MARIO GAS... EL PIANISTA ...1998
STEPHANE GIUSTI... BELLA CIAO ...2000

 

SERGE REGGIANI

SERGE REGGIANI

Tag(s) : #ACTEURS

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :