LE TROISIEME HOMME

Publié le par cinestranger

LE TROISIEME HOMME

titre original :The Third Man
Réalisation de Carol Reed 1949.

avec Joseph Cotten (Holly Martins), Orson Welles (Harry Lime), Alida Valli (Anna Schmidt), Trevor Howard (commandant Calloway), Paul Hoerbirger (le concierge), Ernst Deutsch (Baron Kurtz), Erich Ponto (D' Winkel), Wilfred Hyde White (Crabbit), Bernard Lee (sergent Paine), Siegfried Breuer (Popescu), Geoffrey Keen (le policier anglais), Annie Rosar (la femme du concierge), Hedwig Bliebtrau (la « vieille bonne » d'Anna), Harburt Helbek (Hansl), Alexis Chesnakov (Brodsky), Paul Hardtmuth (le portier).


Meilleur film anglais de l'année.

 

L'Américain Holly Martins, écrivain sans prestige, arrive à Vienne pour y retrouver son ami Harry Lime. Il y apprend la mort de Harry, tué dans un accident d'automobile et assiste à ses obsèques . Le commandant Cal/oway, de la police militaire , lui apprend que Harry était mêlé à un trafic illégal de pénicilline et qu'il a ainsi causé la mort de plusieurs enfants.

Décidé à découvrir la vérité, Holly rencontre l'amie de Harry, l'actrice Anna Schmidt .

Celle-ci insinue que la mort de Harry n'est peut-être pas « accidentelle » : un concierge a en effet aperçu un mystérieux « troisième homme » sur les lieux de l'accident . Mais ce témoin est retrouvé mort le lendemain et Holly lui-même manque de peu d'être assassiné. En sortant de chez Anna, Holly reconnaît Harry qui se dissimule dans l'ombre  et il comprend que le « troisième homme » n'est autre que lui.

Le cercueil de Harry est exhumé et l'on découvre à l'intérieur le cadavre d'un indicateur de police. Harry offre à Holly d'acheter son silence . Lorsque Cal/oway arrête Anna  qui est munie de faux papiers, Holly, qui en est amoureux, trahit Harry et raconte ce qu'il sait en échange de la liberté de la jeune femme. Harry tombe dans un traquenard et est tué par Holly au cours d'une poursuite dans les égouts . Après avoir assisté à son enterrement, Anna passe devant Holly  et s'éloigne sans lui jeter un regard.

Carol Reed qui pensera à Orson Welles pour le rôle de Harry Lime — un rôle capital, bien que réduit à de courtes apparitions. Welles sera d'ailleurs tout à fait séduit par ce personnage de moderne aventurier.
C'est à Carol Reed enfin que l'on doit la découverte du joueur de cithare Anton Karas, qui composera l'envoûtant leitmotiv qui va devenir du jour au lendemain l'une des plus célèbres musiques de film du monde entier.


Autour de cette quête obstinée de Holly Martins (Joseph Cotten), à la recherche d'une vérité qui coûtera la vie à son ami Harry, et qui le détruira lui-même, ainsi que la femme qu'il aime, Carol Reed a su admirablement recréer l'atmosphère vénéneuse de la capitale autrichienne au lendemain de la guerre. Une ville fantôme, dont les vastes palais baroques délabrés n'abritent plus que les états-majors alliés.

Avec le concours du chef opérateur Robert Krasker — à qui Le Troisième Homme a valu un Oscar bien mérité — Carol Reed a su donner vie à cet univers angoissant. Le style violemment expressionniste des images, et notamment des éclairages nocturnes, contribue à créer une atmosphère inquiétante où plane l'ombre de Harry Lime. Les lieux mêmes où celui-ci apparaît sont marqués d'une signification symbolique : ainsi la Grande Roue du Prater, du haut de laquelle il contemple avec mépris les mortels affairés à leurs humbles besognes ; ou les égouts de Vienne, où il sera finalement pris au piège. Des effets parfois un peu appuyés, mais que Carol Reed sait doser en maître, en y insérant çà et là quelques touches d'humour.


 

LE TROISIEME HOMME

LE TROISIEME HOMME

Publié dans FILMS ANCIENS

Commenter cet article