SUSAN HAYWARD

Publié le par cinestranger

SUSAN HAYWARD  est une grande actrice américaine née Edythe Marrener le 30/06/1917 à Brooklyn, New York City, New York, USA et décédée le 14/03/1975
La célébrité internationale de cette actrice jolie rousse provient surtout de son interprétation de rôles de femmes alcooliques et de meurtrières au cours des années 50. Hollywood adore ce genre de tour de force, et Susan Hayward a remporté l'Oscar de la meilleure actrice en 1958 pour Je veux vivre, film dans lequel elle incarnait la meurtrière Barbara Graham condamnée à mort.  En 1947 déjà, elle jouait une alcoolique dans Une vie perdue; elle a incarné la chanteuse Jane Froman dans Une chanson dans mon cœur, ce qui l'a conduite tout naturellement à représenter une chanteuse alcoolique dans le célèbre film Une femme en enfer. Elle fut encore une impératrice lubrique (Messaline) dans Dêmétrius et les Gladiateurs, une séductrice dans David et Bethsabée et tout simplement, une jeune ambitieuse qui s'élève par tous les moyens au sommet du monde de la mode dans I Can Get It for You Wholesale (Vendeur pour dames). Susan Hayward ait été une bonne actrice.
La starlette qui s'était fait recaler au casting d'« Autant en emporte le vent » allait donc trouver son épanouissement dans le drame.
Fille d'un conducteur de tramway, née le 30 juin 1918, elle n'a que 6 ans lorsque s'impose à elle la première épreuve d'une longue série. Un accident de la route la laisse les jambes et la hanche fracturées, avec le faible espoir de pouvoir un jour à nouveau marcher. Mais l'enfant se signale déjà par son refus d'être la victime du sort et le prouve en rangeant ses béquilles, moins de douze mois après le funeste diagnostic. Elève de la Girls Commercial School, où l'on forme des secrétaires mais aussi des décoratrices, elle ne tarde pas à comprendre que si elle n'est pas la plus belle pour aller danser, elle séduit par la précocité de ses formes. D'autant que, pour modeste que soit sa garde-robe,elle n'en porte pas moins le peu qu'elle a avec élégance et sensualité. Un atout qui va la détourner du secrétariat pour la création de motifs décoratifs pour mouchoirs, grâce à une bourse de 75 dollars. Mais l'ennui la gagne, et elle abandonne le métier pour des cours d'art dramatique à la Manhattan's Feagan Drama School, encouragée par l'exemple de sa sœur, chorus girl à Broadway. Entretemps, sa magnifique crinière rousse lui vaut quelques engagements de mannequin et une publicité dans la presse qui ne va pas laisser indifférent.

En 1936, alors qu'il parcourt le « Saturday Evening Post », le réalisateur George Cukor, en quête d'une Scarlett O'Hara pour « Autant en emporte le vent », la remarque. Encore incrédule devant ce qui lui arrive, voilà Edythe intégrée dans le plus grand casting jamais organisé à Hollywood. Si son inexpérience ne lui permet pas de concourir avec le succès espéré, le privilège « d'en avoir été » lui vaut néanmoins un entretien avec le producteur David Selznick. Mais pas plus Selznick que la Warner, à laquelle il la refile, ne se montrent intéressés. Toute autre qu'Edythe se serait découragée.  Prise sous contrat par la Paramount, elle tourne ses premiers films sous un pseudonyme emprunté à l'agent Leland Hayward. Après « Beau Geste » et sa figuration décorative aux côtés de Gary Cooper, la voilà versée, contre son gré, dans le registre des ingénues, dont elle s'emploiera très tôt à sortir.
Malgré les critiques favorables que lui vaut « Among the living », la Paramount, à laquelle son sort est désormais lié, s'entête à la distribuer dans des seconds rôles, à l'ombre de John Wayne ou de Veronica Lake, dont elle n'est encore que le joli faire-valoir. Sa première satisfaction, elle la goûte dans un musical, « Hit parade of 1943 ». Mais c'est l'année suivante, dans « Alerte aux marines » et « La belle et la brute », qu'elle récolte les fruits de sa patience avec deux personnages qui esquissent la femme conquérante et frémissante que nous connaîtrons. Entre-temps, elle a épousé le séduisant acteur Jess Barker. Amoureuse mais prudente, elle avait exigé un contrat qui fasse la part de leurs biens respectifs présents et à venir. Dix ans plus tard, elle se félicitera de son pragmatisme, lorsqu'une âpre bataille juridique, pour la garde de leurs deux fils jumeaux, nés en 1945, l'opposera à son ex-
En 1947, « Une vie perdue » lui apporte sa première nomination à l'Oscar, mais ne lui offre pas les rôles qu'elle espérait décrocher dans la foulée. Une négligence qui fera dire à l'échotière Hedda Hopper qu' Hollywood l'a abandonnée. Mais, habituée à lutter, Susan Hayward ne fléchit pas devant la rebuffade, et ce revers ne fera que stimuler son ambition. Quelques séries B plus tard, la voilà enfin consacrée par une seconde nomination à l'Oscar et un plébiscite public pour le fiévreux portrait qu'elle livre d'une femme enceinte et « veuve » de guerre dans « Tête folle ». Intéressée, la Fox rachète son contrat et lui offre un quart de million de dollars par an, salaire gigantesque pour l'époque, mais que justifiera bientôt le succès commercial de « David et Beth-sabée ». En 1952, elle est élue l'actrice la plus populaire de l'année par le magazine Motion Picture et glane deux nouvelles nominations à l'Oscar, pour « Un refrain dans mon cœur » et « Une femme en enfer ». Au zénith de sa popularité en 1953, elle est alors l'une des comédiennes les plus rentables de la Fox. Sur le plan affectif, en revanche, c'est loin d'être la félicité. Son mariage bat de l'aile, le procès qui suivra le divorce sera une crucifiante épreuve personnelle, et une tentative de suicide, en 1955, jettera définitivement un voile noir sur une période pourtant professionnellement fructueuse.

Bouleversante interprétation d'une condamnée à mort, dans «Je veux vivre ». Couronné par un Oscar, ce triomphe personnel amorce une nouvelle phase dans la carrière de Susan Hayward, celle qui la verra exceller dans des rôles de femmes mûres, dévorées par la passion, par la maladie ou par l'alcool. « Les heures brèves » est, de ce point de vue, l'un de ses films les plus accomplis, comme « Rivalités », un mélodrame inspiré d'un fait divers criminel qui impliqua, jadis, Lana Turner. Pourtant, en 1957, la comédienne avait retrouvé un bonheur plus calme avec l'avocat Floyd Chalkley. Ensemble, ils avaient appris à goûter une vie plus pastorale dans leur domaine de Carrollton, en Géorgie. Mais il devait être de courte durée. Chalkley mourra en effet moins de neuf ans après le début de leur union, précipitant la star dans un deuil qui la tiendra éloignée des plateaux pendant cinq ans.
A son retour, le cinéma a subi une profonde mutation et n'a plus guère d'emplois pour les actrices de sa génération. « La poursuite sauvage », sa dernière participation, ne fera pas date dans l'histoire du western. Brave et volontaire, elle apparaît une ultime fois à la cérémonie des Oscars de 1974.
Elle décèdera dans les mêmes circonstances que John Wayne, Dick Powell, Agnes Moorehead, Ted de Corsia, Barbara Gerson et Pedro Armendariz, ses malheureux partenaires sur le tournage du « Conquérant ». Elle décèdera d'une  tumeur au cerveau. La conséquence d'un tournage dans l'Utah, vingt ans auparavant, quelques mois après que le gouvernement américain y eut procédé à des essais nucléaires. Mais il fallut attendre 1969 pour établir que les enfants nés en Utah couraient trois fois plus de risques de contracter un cancer, et une décennie encore pour constater que les partenaires de Susan Hayward avaient tous connu la même fin tragique.
STUART HEISLER...AMONG THE LIVING...1941


CECIL B DEMILLE...LES NAUFRAGEURS DES MERS DU SUD...REAP THE WILD WIND...1942
GEORGE MARSHALL...LA FILLE DE LA FORET...THE FOREST RANGERS...1942
RENE CLAIR...J'AI EPOUSE UNE SORCIERE...I MARRIED A WITCH...1942
WILLIAM H PINE...A LETTER FROM BATAAN...1942
GEORGE MARSHALL...AU PAYS DU RYTHME...STAR SPAGLED RYTHME...1942
EDWARD H GRIFFITH...YOUNG AND WILLING...1943
ALBERT S ROGELL...HIT PARADE OF 1943...1943
CHARLES BROCKETT...SKIRMISH ON THE HOME FRONT...1944
ALFRED SANTELL...LA VIE AMOUREUSE DE JACK LONDON...JACK LONDON...1944
EDWARD LUDWIG...ALERTE AUX MARINES...THE FIGHTING SEABEES...1944


ALFRED SANTELL...LA BELLE ET LA BRUTE...THE HAIRY APE...1944
IRVING PITCHELL...LE BONHEUR EST POUR DEMAIN...AND NOW TOMORROW...1944
HAROLD CLURMAN...DEADLINE AT DAWN...1946
JACQUES TOURNEUR...LE PASSAGE DU CANYON...CANYON PASSAGE...1946
STUART HEISLER...UNE VIE PERDUE...SAMSH UP THE STORY OF A WOMAN...1947
IRVING PITCHELL...ILS NE VOUDRONT PAS ME CROIRE...THEY WON'T BELIEVE ME...1947


MARTIN GABEL...MOMENTS PERDUS...THE LAST MOMENT...1947
GEORGE MARSHALL...LE SANG DE LA TERRE...TAP ROATS...1948
CLAUDE BINYON...THE SAXON CHARM...1948
STUART HEISLER...TULSA...1949
JOSEPH L MANKIEWITCZ...LA MAISON DES ETRANGERS...HOUSE OF STRANGERS...1949


MARK ROBSON...TETE FOLLE...MY FOOLISH HEART...1949


HENRY KING...L'EPREUVE DU BONHEUR...I'D CLIMB THE HIGHEST MOUNTAIN...1951
HENRY HATHAWAY...L'ATTAQUE DE LA MALLE POSTE...RAWHIDE...1951


MICHAEL GORDON...VENDEUR POUR DAMES...I CAN GET IT FOR YOU WHOLESALE...1951


HENRY KING...DAVID ET BERTHSABE...DAVID AND BATHSHEBA...1951
WALTER LANG...UN REFRAIN DANS MON COEUR...WITH A SONG IN MY HEART...1952
HENRY KING...LES NEIGES DU KILIMANDJARO...THE SNOWS OF THE KILIMANDJARO...1952
NICHOLAS RAY...LES INDOMPTABLES...THE LUSTY MEN...1952
HENRY LEVIN...LE SEL DE LA TERRE...THE PRESIDENT'LADY...1953
HENRY HATHAWAY...LA SORCIERE BLANCHE...WHITE WITCH DOCTOR...1953
DELMER DAVES...LES GLADIATEURS...DEMETRIUS AND THE GLADIATORS...1954


HENRY HATHAWAY...LE JARDIN DU DIABLE...GARDEN OF EVIL...1954


DICK POWELL...LE CONQUERANT...THE CONQUEROR...1954
HENRY KING...TANT QUE SOUFFLERA LA TEMPETE...UNTAMED...1955
EDWARD DMYTRYK...LE RENDEZ VOUS DE HONG KONG...SOLDIER OF FORTUNE...1955
DANIEL MANN...UNE FEMME EN ENFER...1955
H.C POTTER...AFFAIRE ULTRA SECRETE...TOP SECRET AFFAIR...1957
ROBERT WISE...JE VEUX VIVRE...I WANT TO LIVE...1958
RUSSELL ROUSE...CARAVANE VERS LE DESERT...THUNDER IN THE SUN...1959


HENRY HATHAWAY...LA FERME DES HOMMES BRULES...WOMAN OBSESSED...
WALTER LANG...LA MANEGE DU MENAGE...THE MARIAGE GOROUND...1961
DANIEL MANN...LE TROISIEME HOMME ETAIT UNE FEMME...ADA...1961
DAVID MILLER...HISTOIRE D'UN AMOUR...BACK STREET...1961
ROBERT STEVENS...CHOC EN RETOUR...I THANK A FOOL...1962
DANIEL PETRIE...LES HEURES BREVES...STOLEN HOURS...1963


EDWARD DMYTRYK...RIVALITES...WHERE LOVE HAS GONE...1964


JOSEPH L MANKIEWICZ...GUEPIER POUR TROIS ABEILLES...THE PONEY POT...1967
MARK ROBSON...LA VALLEE DES POUPEES...VALLEY OF THE DOLLS...1967
RICHARD FLEISCHER...THINK 20 TH...1967
DANIEL MANN...LA POURSUITE SAUVAGE...THE REVENGERS...1972

 
 
SUSAN HAYWARD

SUSAN HAYWARD

Publié dans ACTRICES

Commenter cet article