" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ROBERT LAMOUREUX
ROBERT LAMOUREUX
Robert Lamoureux est né le 04/01/1920 à St-Mandé et est décédé le 29 octobre 2011. Son père est ouvrier et l'envoie travailler à 14 ans.
Mais son rêve est d'être conteur d'histoires. Il va donc travailler chez Citroen puis aux Houillères africaines ensuite postier et moniteur de centre de vacances. Et le soir il écrit ce qu'il a observé dans la journée.
Un jour il s'aperçoit qu'il laisse derrière lui la gaité et l'entrain après avoir raconté ses histoires.
Il rassemble donc ses notes et va voir un éditeur.Celui lui met les "pieds à l'étrier" et ainsi il va produire ses sketches dans des salles "central de la chanson " au faubourg Montmartre, "L'Amiral"...une de ses chansons fera partie du répertoire d'Yves Montand "Métro". Il aura pour confrères Louis de Funés, Raymond Souplex,Yves Robert, Piaf.
ROBERT LAMOUREUX
ROBERT LAMOUREUX
Puis il fera de la radio et fera connaître à la France entière ses sketches comme "La chasse au canard" et une évocation d'une famille française.
ROBERT LAMOUREUX
ROBERT LAMOUREUX
Il débutera au cinéma en 1950 et plus tard  recréera sa famille française dans "Papa, maman, la bonne et moi". Il joue également beaucoup au théâtre qu'il privilégie:
"Ombre chère"...puis écrit lui-même ses pièces "Un rossignol chantait" avec Dany Robin.
Il sera dans 2 Arsène Lupin au cinéma. Mais il se lasse du cinéma en tant qu'acteur et retourne au théâtre après avoir subi un échec avec "Ravissante".
Il deviendra le prince du vaudeville au théâtre "La brune que voila" "Le tombeur", "La soupière""le canard à l'orange"...
Robert va croiser Pierre Mondy   dans les cabarets à ses débuts et il sera  le partenaire de la femme de Pierre , Claude Gensac, dans la pièce de Jacques Deval, "Ombre chère" . En 1967, Pierre Mondy  le mets en scène dans Frédéric pièce dont il est l'auteur.
 
Cinq ans plus tard, Robert et Pierre vont travailler ensemble au cinéma Pierre sera le   sergent-chef dans l'inénarrable" Mais où est donc passée la T compagnie ?"  avec  Jean Lefebvre et Aldo Maccione.
Auteur et acteur populaire, Robert est dans le creux de la vague. Il a écrit un scénario sur un sujet qui lui trotte dans la tête depuis quelque temps, qui raconterait « la débâcle dans la rigolade », et il le présente à Alain Poiré, patron de la Gaumont, avec déjà son casting en tête.
 Robert commence à lire le scénario à haute voix.  Lamoureux emporte l'affaire.

Pierre Mondy décrit Robert  dans son livre :  caractère un peu soupe au lait : il sait exactement ce qu'il veut et, quand il ne l'obtient pas d'emblée, il s'énerve...

"Il y a chez Robert une propension au sadisme à nous faire barboter dans la flotte glacée, torrents, rivières ou mer, mais on s'y plie sagement en troufions obéissant aux ordres du général Lamoureux. Le clou a été de nous faire tourner à l'intérieur de la roue d'un moulin à eau. On boit tous la tasse, mais c'est le prix du gag. Pas de répit entre les scènes mouillées : on sort de l'eau, on se sèche, on se change et c'est reparti. On carbure au rythme des idées de Robert et il en a trois à la seconde. Les répétitions finies, il voudrait qu'on tourne dans l'instant, ignorant délibérément les questions techniques. Il tape du pied, râle, tempête, cette attente le rend fou. Et quand Robert n'est pas content, il appelle tout le monde « mon lapin ». Le soir, entre nous, on comptabilise le nombre de « lapins » que nous avons obtenus. Je crois qu'au score, Jean Lefebvre était loin devant!" Robert impose une rigueur de jeu, jusqu'aux dialogues que nous devons respecter le doigt sur la couture du pantalon. Pas question d'improviser. Lui qui a fait tant de cabaret connaît par cœur les ressorts du comique : si on déplace un adjectif, la phrase ne foncionne plus. Comme chez Michel Audiard, il y a une musique dans ses répliques, et à partir du moment où Robert n'entend pas son texte de façon « théâtrale » comme il l'a imaginé en l'écrivant, ça ne va pas. Henri Guybet en fait les frais, dans le deuxième volet de La 7 Compagnie en redisant la même réplique trente-cinq fois d'affilée ! L'intonation n'était jamais la bonne. « Pas capitaine, commandant! Pas capitaine, commandant ! », répète-t-il, excédé, face à Robert jamais content. « Il me fait chier, là, ou quoi ? murmure Guybet, en me regardant du coin de l'œil. - Oui, je crois... », je lui réponds. Lui, ça ne l'amuse pas. Le soir même, Henri va trouver Robert. « Si quelque chose ne va pas, Robert, dis-le tout de suite. On se quitte maintenant, je ne te ferai pas de procès. Mais si tu m'emmerdes comme ça, ça va pas aller... - Ça ira, mon lapin, ça ira, t'inquiète pas... », lui répond Robert en lui tapant sur l'épaule. S'il voulait tester sa résistance, c'est réussi. Parfois, il avait besoin de montrer qui était le chef..."

La série de la 7° compagnie sera un éternel succès même des nos jours avec ses passages télévisés.

Robert  retournera ensuite au théâtre ; mais une blessure au pied gauche se transformant en gangrène aboutit à l'amputation . Et cela arrêta la carrière de Robert  marié à Magali de Vendeuil.


PIERRE GAUTHERIN ...   AU FIL DES ONDES   ... 1950
EMILE COUZINET ...   LE DON D'ADELE   ... 1950
ANDRE BERTHOMIEU   ... LE ROI DES CAMELOTS  ... 1950
ANDRE BERTHOMIEU  ...  CHACUN SON TOUR   ... 1951
ALEX JOFFE...    LETTRE OUVERTE  ...  1952
ANDRE BERTHOMIEU ...   ALLO…JE T'AIME   ... 1952
JEAN BOYER  ...  FEMMES DE PARIS ...   1952
MAURICE LABRO  ...  LA ROUTE DU BONHEUR ...   1953
CARLO RIM  ...  VIRGILE   ... 1953
JEAN PAUL LE CHANOIS  ...  LE VILLAGE MAGIQUE  ...  1953
CLAUDIO GORA ...   L'INCANTEVOLE NEMICA ...   1953
CARLO RIM  ...  ESCALIER DE SERVICE  ... 1954
JEAN PAUL LE CHANOIS ...   PAPA,MAMAN,LA BONNE ET MOI  ...  1954
PAPA,MAMAN,LA BONNE ET MO
PAPA,MAMAN,LA BONNE ET MO

SACHA GUITRY ...  SI PARIS NOUS ETAIT CONTE ...   1955

GEORGES LAMPIN ...   RENCONTRE A PARIS...    1955
RENCONTRE A PARIS
RENCONTRE A PARIS

JACQUES BECKER  ...  LES AVENTURES D'ARSENE LUPIN  ...  1956
LES AVENTURES D'ARSENE LUPIN
LES AVENTURES D'ARSENE LUPIN

MARC ALLEGRET ...   MA FEMME MON GOSSE ET MOI  ...  1957
CLEMENT DUHOUR  ...  LA VIE A DEUX ...  1958
YVES ROBERT ...  SIGNE ARSENE LUPIN  ...  1959
ROBERT LAMOUREUX  ...  LA BRUNE QUE VOILA  ...  1960
JEAN PAUL LE CHANOIS  ...  LA FRANCAISE ET L'AMOUR...    1960
LA FRANCAISE ET L'AMOUR
LA FRANCAISE ET L'AMOUR

ROBERT LAMOUREUX  ...  RAVISSANTE ...   1960
ROBERT LAMOUREUX  ...  MAIS OU DONC EST PASSE LA 7° COMPAGNIE...    1973

ROBERT LAMOUREUX  ...  IMPOSSIBLE PAS Français  ...  1974
ROBERT LAMOUREUX  ...  OPERATION LADY MARLENE  ...  1975
ROBERT LAMOUREUX  ...  ON A RETROUVE LA 7° COMPAGNIE   ... 1975
MICHEL DEVILLE ...  L'APPRENTI SALAUD    ...1976
L'APPRENTI SALAUD
L'APPRENTI SALAUD
ROBERT LAMOUREUX  ...  LA 7° COMPAGNIE AU CLAIR DE LUNE ...   1977
MARIE CLAUDE TREILHOU  ...  LE JOUR DES ROIS ...   1990
ROBERT LAMOUREUX
ROBERT LAMOUREUX
ROBERT LAMOUREUX
ROBERT LAMOUREUX
ROBERT LAMOUREUX
ROBERT LAMOUREUX
ROBERT LAMOUREUX
ROBERT LAMOUREUX
ROBERT LAMOUREUX
ROBERT LAMOUREUX
ROBERT LAMOUREUX

ROBERT LAMOUREUX

Tag(s) : #ACTEURS
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :