" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Acteur né à LILLE le 01/10/1930 décédé le 23/11/2006.
   
Comme ses grands-parents, son père était dans le tissu. Une hérédité qui lui conférera cette élégance vestimentaire qu'on lui connaissait si bien et cette délicatesse de ne pas confondre négligé et débraillé. Quand on lui demandait comment il en était venu à choisir un destin artistique, il répondait par une boutade :" Pas plus doué pour l'écriture que pour le maniement du pinceau, j'ai procédé par élimination."
C'est une représentation scolaire, sous le double regard intimidant de Julien Green et de Marcel Jouhandeau, qui va décider de son orientation. Elève de Roger Blin, en 1950, il passe au Centre dramatique de l'Ouest, où il monte trois pièces et se lie d'amitié avec Jean-Pierre Darras, avec qui il se produira au cabaret dans un numéro de duettistes.

En 1953, il réalise un rêve en ralliant la troupe du Théâtre National Populaire (TNP) de Jean Vilar. Il y restera sept ans, affinant son métier aux côtés de Gérard Philipe et sous la tutelle exigeante de son mentor. " Jean Vilar aura été l'homme le plus important de ma vie ", admettait-il. "Il m'a appris le métier et enseigné la morale. " Dans " Le Cid "», ses rondeurs précoces de chanoine lui vaudront d'incarner le père de Gérard Philipe, malgré les nuit ans qui le séparaient de son aîné.
En 1955, c'est à Agnès Varda, photographe attachée au TNP, d'amorcer sa carrière cinématographique, en l'associant à Silvia Monfort dans un film annonciateur de la Nouvelle Vague, " La pointe courte ". Un registre intellectuel, où on le retrouvera plus rarement que dans la comédie, qu'il inaugure avec " Zazie dans le métro", servi par le parler vert et la gouaille de Raymond Queneau. Progressivement, il délaissera le théâtre, pour n'y revenir qu'en 1997, avec "Les côtelettes ", de Bertrand Blier. Un éloignement commandé par l'importance grandissante du cinéma dans sa carrière, mais aussi par un fond d'indolence qu'il exploitera avec une conviction contagieuse dans "Alexandre le bienheureux ". Un personnage d'épicurien aux champs qui le coulera dans le moule du bon rivant débonnaire et l'installera, pour longtemps, dans le genre truculent. Il est d' ailleurs à remarquer, en ces années 1960, quetrois de ses plus gros succès sont des comédies : "Alexandre le bienheureux ", mais aussi "Les copains " et     " La vie de château ".



" Thérèse Desqueyroux ", l'une des meilleures adaptations cinématographiques d'un roman, nuance ce portrait tout en légèreté, attestant qu'en notable il n'est pas moins crédible. Mais le plaisir premier de Philippe Noiret, et l'une des raisons de son orientation artistique, c'est le déguisement et le panachage des répertoires. N'admettait-il pas qu'il se laissait volontiers porter par les offres qu'on lui faisait, fussent-elles les plus délirantes, comme le Moujik Man de " Mr. Freedom " ? Une disposition ludique qui en fera l'un des acteurs à avoir le plus souvent porté l'uniforme (" Le désert des Tartares  , "Fort Saganne , etc.) et s'être coiffé des couvre-chefs les plus divers. Rétrospectivement, il concédera que le choix de ce métier lui avait été une sorte de fuite, une manière de se dissimuler derrière des identités plutôt que de s'exhiber, comme on en soupçonne trop souvent les acteurs. Un éclectisme et une répugnance innée pour l'uniformité qui encourageront sa curiosité transfrontalière et lui permettront d'éprouver la direction d'acteurs de maîtres tels qu'Alfred Hitchcock et George Cukor.

Comme Bernard Blier, sa deuxième patrie cinématographique sera  l'Italie, où le mélange naturel des genres tragique et comique convient parfaitement à son tempérament butineur. Quelques-unes de ses plus belles réussites artistiques relèveront d'ailleurs de ce répertoire, comme " Mes chers amis ", " Trois frères " et " La grande bouffe ", le seul scandale qui ait émaillé sa carrière. Huis clos réunissant quatre sceptiques qui conviennent d'un suicide collectif par la ripaille, le film de Marco Ferreri provoquera un tollé lors de sa présentation à Cannes, au point qu'il s'en trouvera certains pour cracher littéralement sur ses interprètes. " Nous tendions un miroir aux gens, et ils n'ont pas aimé se voir dedans. C'est révélateur d'une grande connerie ", dira Noiret sans aménité.
Le temps, la fréquence de ses apparitions et une approche toujours humaine de ses personnages lui vaudront, comme à nul autre, l'affection du public (« Dans le cœur des Français, j'ai ma place, un peu comme si j'étais un oncle de la famille. ») Incapable de forcer sa nature, il se méfiait de la notion de génie et des comédiens qui prétendent se préparer dans la douleur. Une autre raison pour laquelle on le retrouvait plus souvent ans la légèreté et la dérision, malgré l'irréprochable diversité de sa palette, et dans l'intimité de la même famille cinématographique : les Marielle, Rochefort, Tavernier, Blier et de Broca, qui jalonneront, comme autant de cailloux sur le chemin de la vie, son parcours d'homme et de comédien. Une manière de faire entendre, avec une savoureuse désinvolture, que le métier d'acteur n'est, après tout, qu'un jeu, la réunion périodique d'un club d'amis qui seraient somptueusement payés pour prolonger leurs récréations enfantines. Il  disait : "Je suis un saltimbanque qui ne déteste pas son confort. " Et l'un de ses premiers conforts était Monique Chaumette, sa femme, son pôle de stabilité, qu'il avait rencontrée au temps du TNP, pour ne plus jamais la quitter.
Les dernières années, s'il regrettait de recevoir moins d'offres cinématographiques, malgré le triomphe populaire de la série des " Ripoux ", il comprenait néanmoins qu'il y eût moins de rôles pour les acteurs de son âge. " Le cinéma a besoin de maris et d'amants, très peu de grands-pères ", admettait-il, résigné. L'une des raisons pour lesquelles, en 1997, il s'était aisément laissé convaincre par son ami Bertrand Blier de remonter sur les planches, dans " Les côtelettes ", avant d'enchaîner avec " L'homme du hasard ", de Yasmina Reza, la lecture des " Contemplations ", de Victor Hugo, et " Love letters ", où il donnait la réplique à Anouk Aimée. Mais la maladie qui devait l'emporter l'avait contraint à annuler une tournée de la pièce. Discret comme à son habitude, il n'avait rien laissé filtrer de son martyre. "Le pire dans la mort, c'est de quitter ceux qu'on aime. L'épouvante à l'état pur ", avait-il confié un jour.



JACQUELINE AUDRY ...GIGI 1948

JACQUELINE AUDRY ...OLIVIA 1950
JEAN PAUL LE CHANOIS... AGENCE MATRIMONIALE 1951
AGNES VARDA ..LA POINTE COURTE 1955
ROBERT LAMOUREUX ...RAVISSANTE 1960
LOUIS MALLE ...ZAZIE DANS LE METRO 1960
PIERRE GASPARD HUIT... LE CAPITAINE FRACASSE 1960

JEAN DELANNOY. ...LE RENDEZ VOUS 1961
MICHEL BOISROND ...LES AMOURS CELEBRES 1961
RENE CLAIR ...TOUT L'OR DU MONDE 1961
ANDRE MICHEL... COMME UN POISSON DANS L'EAU 1961
GERARD OURY... LE CRIME NE PAIE PAS 1961
ABEL GANCE... CYRANO ET D'ARTAGNAN 1962
GEORGE FRANJU ...THERESE DESQUEYROUX 1962


JEAN CLAUDE BONNARDOT ...BALLADE POUR UN VOYOU 1962
PIERRE CHEVALIER ...CLEMENTINE CHERIE 1962
LUCIO FULCI... LES FAUX JETONS 1962
MAURICE CLOCHE ...LA PORTEUSE DE PAIN 1963
HERVE BROMBERGER ...MORT OU EST TA VICTOIRE ? 1963
LUIGI ZAMPA... FRENESIA DELL'ESTATE 1963

JEAN PAUL LE CHANOIS... MONSIEUR 1964
PIERRE GRIMBLAT ...LES AMOUREUX DU FRANCE 1964

YVES ROBERT... LES COPAINS 1964
PETER USTINOV ...LADY L 1965
JEAN PAUL RAPPENEAU ...LA VIE DE CHATEAU 1965
WILLIAM KLEIN ...QUI ETES VOUS POLLY MAGOO? 1965
JEAN DELANNOY...LES SULTANS 1965
DENYS DE LA PATELLIERE ...LE VOYAGE DU PERE 1965
JEAN BECKER... TENDRE VOYOU 1966
ANATOME LITVAK... LA NUIT DES GENERAUX 1966
RENE ALLIO ...L'UN ET L'AUTRE 1967
VITTORIO DE SICA ...SEPT FOIS FEMMES 1967

YVES ROBERT... ALEXANDRE LE BIENHEUREUX 1967

BERNARD T MICHEL... ADOLPHE OU L'AGE TENDRE 1967
MICHAEL RELPH ...ASSASSINATS EN TOUT GENRE 1967
ALFRED HITCHCOCK... L'ETAU 1968
WILLIAM KLEIN... MR FREEDOM 1968
GEORGE CUKOR... JUSTINE 1968
YVES ROBERT ...CLERAMBARD 1969


PHILIPPE DE BROCA... LES CAPRICES DE MARIE 1969
PETER YATES ...LA GUERRE DE MURPHY 1970
EDOUARD MOLINARO ....LES AVEUX LES PLUS DOUX 1970
CHRISTOPHER MILES... LE TEMPS D'AIMER 1971
JEAN PIERRE BLANC... LA VIEILLE FILLE 1971
EDMOND FRESS... LE TREFLE A CINQ FEUILLES 1971

EDOUARD MOLINARO... LA MANDARINE 1971
MANILIO SCARPELLI ...SIAMO TUTTI IN LIBERTA PROVVISORIA 1971
YVES BOISSET... L'ATTENTAT 1972
HENRI GRAZIANI... POIL DE CAROTTE 1972
HENRI VERNEUIL... LE SERPENT 1972

MARCO FERRERI ...LA GRANDE BOUFFE 1973
MARCO FERRERI ...TOUCHE PAS A LA FEMME BLANCHE 1973
BERTRAND TAVERNIER... L'HORLOGER DE SAINT PAUL 1973
MARCO PICO... UN NUAGE ENTRE LES DENTS 1973
PIERRE TCHERNIA... LES GASPARDS 1973
ROBERT ENRICO... LE SECRET 1974
ALAIN ROBBE GRILLET... LE JEU AVEC LE FEU 1974

MARIO MONICELLI ...MES CHERS AMIS 1975
BERTRAND TAVERNIER ...QUE LA FETE COMMENCE 1975
ROBERT ENRICO...LE VIEUX FUSIL 1975
JACQUES RENARD ...MONSIEUR ALBERT 1975
BERTRAND TAVERNIER ...LE JUGE ET L'ASSASSIN 1975
ALBERTO SORDI ...IL COMUNE SENSO DEL PUDORE 1976
VALERIO ZURLINI... LE DESERT DES TARTARES 1976
PIERRE GRANIER DEFERRE... UNE FEMME A SA FENETRE 1976
YVES BOISSET... UN TAXI MAUVE 1976


PHILIPPE DE BROCA... TENDRE POULET 1977

RENE RICHON ...LA BARRICADE DU POINT DU JOUR 1977
TED KOTCHEFF ...WHO'KILLING THE GREAT CHEFS OF EUROPE 1977
JEAN PIERRE MOCKY ...LE TEMOIN 1978
SERGIO CITTI... DEUX BONNES PATES 1978
J JACQUES GRAND ...JOUAN RUE DU PIED DE GRUE 1978

PHILIPPE DE BROCA.. ON A VOLE LA CUISSE DE JUPITER 1979

ROBERT ENRICO... PILE OU FACE 1980
BERTRAND TAVERNIER ...UNE SEMAINE DE VACANCES 1980
PIERRE GRANIER DEFERRE... L'ETOILE DU NORD 1980
FRANCESCO ROSI ...TROIS FRERES 1980
BERTRAND TAVERNIER ...COUP DE TORCHON 1981


LAURENT HEYNEMANN... IL FAUT TUER BRIGIT HAAS 1981
MARIO MONICELLI ...MES CHERS AMIS 2 1982

PHILIPPE DE BROCA ...L'AFRICAIN 1982
PIERRE GRANIER DEFERRE... L'AMI DE VINCENT 1983
ALEXANDRE ARCADY... LE GRAND CARNAVAL 1983
ALAIN CORNEAU ...FORT SAGANNE 1983
CLAUDE ZIDI ...LES RIPOUX 1984
alt

MAURIZIO PONZI ...QUALCOSA DI BIONDO 1984
CLAUDE ZIDI ...LES ROIS DU GAG 1984
ARIEL ZEITOUN ...SOUVENIRS SOUVENIRS 1984
NADINE TRINTIGNANT ...L'ETE PROCHAIN 1984
SERGE LEROY ..LA QUATRIEME POUVOIR 1984

MARIO MONICELLI... POURVU QUE CE SOIT UNE FILLE 1985
JEAN MARIE POIRET... TWIST AGAIN A MOSCOU 1985
SEBASTIEN GRALL... LA FEMME SECRETE 1986
CLAUDE CHABROL... MASQUES 1986
ETTORE SCOLA ...LA FAMILLE 1986
BERTRAND TAVERNIER ...AUTOUR DE MINUIT 1986
GUILIANO MONTALDO ...LES LUNETTES D'OR 1987


PIERRE GRANIER DEFERRE... NOYADE INTERDITE 1987
PHILIPPE DE BROCA. ...CHOUANS 1987
GIANCARLO MONGOZZI ...LA FEMME DE MES AMOURS 1988
FRANCO ZEFFIRELLI ...TOSCANINI 1988
RICHARD LESTER... LE RETOUR DES QUATRES MOUSQUETAIRES 1988
GIUSEPPE TORNATORE ...CINEMA PARADISIO 1988

BERTRAND TAVERNIER... LA VIE ET RIEN D'AUTRE 1988
FRANCESCO ROSI ...OUBLIER PALERME 1989
CLAUDE ZIDI ...RIPOUX CONTRE RIPOUX 1989


LAURENT HEYNEMANN ...FAUX ET USAGE DE FAUX 1990
CLAUDE BERRI ...URANUS 1990
ANDRE TECHINE ...J'EMBRASSE PAS 1991
GIUSEPPE TORNATORE... LE DIMANCHE DE PREFERENCE 1991
FIORELLA INFASCELLI... ZUPPA DI PESCE 1991


HENRI GRAZIANI... NOUS DEUX 1991
MARIO MONICELLI ...ROSSINI ROSSINI 1991
CLAIRE DEVERS ...MAX ET JEREMIE 1992
PATRICE LECONTE ...TANGO 1992
PATRICE CHEREAU... CONTRE L'OUBLI 1992
DOMINIQUE MAILLET ...LE ROI DE PARIS 1993
BERTRAND TAVERNIER... LA FILLE D'ARTAGNAN 1993
MICHEL BLANC... GROSSE FATIGUE 1993
MICHAEL RADFORD ...LE FACTEUR 1994
SEBASTIEN GRALL... LES MILLES 1994
VERA CAIS... UNE TROP BRUYANTE SOLITUDE 1994
PATRICE LECONTE ...LES GRANDS DUCS 1995
GERARD OURY...FANTOME AVEC CHAUFFEUR 1995
MARIO MONICELLI...FACCIAMO PARADISO 1995
ROGER HANIN ...SOLEIL 1996
ROBERTO FAENZA ...LA VIE SILENCIEUSE DE MARIANNA UCRIA 1996


CLAUDE PINOTEAU... LES PALMES D'OR DE M. SCHUTZ 1996
PHILIPPE DE BROCA ...LE BOSSU 1997
DIDIER MARTINY... LE PIQUE NIQUE DE LULU KREUTZ 1999
PHILIPPE BLASBAND... UN HONNETE COMMERCANT 2001
BERTRAND BLIER... LES COTELETTES 2002


MICHEL BOUJENAH ...PERE ET FILS 2002
CLAUDE ZIDI ...RIPOUX 3 2003
STEPHAN GUERIN TILLIE EDY 2004

 

 

PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
PHILIPPE NOIRET
Tag(s) : #ACTEURS

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :