BRIGITTE BARDOT

Publié le par cinestranger

 

Le mythe qu'a créé Brigitte Bardot est l'un des plus forts et des plus importants du cinéma moderne: mais, victime de sa propre légende, elle a mal supporté l'idée d'être une des femmes les plus désirées du monde.  Monroe et Bardot ont été les deux plus grandes stars connotées de sexualité au cours des trente dernières années, et par conséquent les symboles sexuels les plus puissants de tout le cinéma contemporain; mais leurs personnages cinématographiques respectifs étaient très différents l'un de l'autre. Bardot représentait la vie sexuelle sans inhibition, la libération fantasmée du désir. Sa séduction ne s'adressait pas uniquement aux hommes, en ce sens qu'elle interpellait également les femmes, lesquelles l'imitaient dans le monde entier; mais elle constituait certainement l'accomplissement d'un fantasme masculin majeur.

Son jeu au cinéma était  de projeter son jeu naturel sur l'écran , jeu souvent  excitant et erotique .


Son image a été créée, à l'origine, par son mari, le cinéaste Roger Vadim, qui a mis au point et donné à voir toutes les caractéristiques physiques (et affectives) de sa femme. Il  a commencé par lui faire jouer, en 1956, Et Dieu créa la femme, et il a remporté avec ce film un succès prodigieux. 

 

En 1958, elle était la seule vedette non américaine à figurer parmi les grandes vedettes du box-office des États-Unis, et des Américains qui, en principe, n'allaient jamais voir un film   étranger  se précipitaient aux siens.

Sa vie privée semblait être  à l'image de son image cinématographique. C'est à cause de Bardot que Saint-Tropez est devenu un endroit à la mode.

 

Brigitte Bardot est née le 28/09/1934 dans une famille de la bourgeoisie parisienne. Son père était un industriel et sa mère aimait la musique.
Brigitte surnommée "Bri-Bri" était une jeune fille espiègle , gaie, spontanée et un peu sauvageonne.
A 14 ans elle pose pour "Le journal des modes" et à 15 ans elle fait la couverture de "Elle"sous la double lettre "B.B".


Marc Allègret ayant vu la photo la désire pour un de ses films. Mais le film ne se fera pas.

   

Mais Allegret a un assistant qui s'appelle Roger Vadim et qui s'emmourache de Brigitte. Ils se marieront le 19/12/1952. Et Vadim veut en faire une star.
Il l'envoie au Cours Simon. Elle tournera pour le cinéma des comédies paysannes  ou des péplums . Et son premier film à scandale pour l'époque sera "La fille sans voile".
Dans la rue les affiches du film sont lacérées.
Alors Roger Vadim va faire de Brigitte la nouvelle "Marylin Monroe" par le film "Et Dieu créa la femme" et donnera ainsi une renommée au port de St Tropez. Le film est sortie le 28/11/1956 et choquera non pas pour les scènes de nudité inexistantes mais sur la manière de Brigitte de suggérer le désir.

  
Et là, débutera la fin de la vie privée de Brigitte sans cesse poursuivie des paparazzis. Elle est désormais considérée comme un "corps". Et les films suivants vont exploiter cela "Le repos du guerrier"...



Vadim la quittera et en 1960, elle aura un fils de Jacques Charrier puis elle épousera un milliardaire allemand "Gunther Sachs". Mais toujours poursuivie par les journalistes ....
Elle est connue internationalement. Mais comme tout symbole avec l'âge et la concurrence, le nom de Brigitte reste renommé mais les films attirent moins la nouvelle jeunesse. Aussi, la veille de la quarantaine, Brigitte décide de tout arrêter pour se réfugier à la Madrague à St Tropez avec les animaux qu'elle aime et pour les défendre à travers les associations .

 

JEAN BOYER...    LE TROU NORMAND...    1952

WILLY ROZIER...    MANINA LA FILLE SANS VOILE...    1952
DANIEL GELIN...    LES DENTS LONGUES    ...1952
ANATOLE LITVAK...    UN ACTE D'AMOUR...    1953
ANDRE BERTHOMIEU...    LE PORTRAIT DE SON PERE...    1953
SACHA GUITRY     ...SI VERSAILLES M'ETAIT CONTE    ...1953
MARIO BONNARD...    HAINE AMOUR ET TRAHISON    ...1954
ROBERT WISE    ...HELENE DE TROIE    ...1954


JEAN DEWAIVRE    ...LE FILS DE CAROLINE CHERIE...    1954
MARC ALLEGRET    ...FUTURES VEDETTES    ...1955


RALPH THOMAS...    RENDEZ VOUS A RIO...    1955

RENE CLAIR    ...LES GRANDES MANOEUVRES    ...1955

GEORGES LACOMBE...    LA LUMIERE D'EN FACE...    1955
MICHEL BOISROND...    CETTE SACRE GAMINE...    1955
STENO    ...LES WEEK-ENDS DE NERON    ...1956
MARC ALLEGRET...    EN EFFEUILLANT LA MARGUERITE    ...1956
PIERRE GASPARD HUIT    ......LA MARIEE ETAIT TROP BELLE...    1956

ROGER VADIM     ...ET DIEU CREA LA FEMME    ...1956

MICHEL BOISROND...    UNE PARISIENNE...    1957


ROGER VADIM     ...LES BIJOUTIERS DU CLAIR DE LUNE    ...1957
CLAUDE AUTANT LARA ...    EN CAS DE MALHEUR    ...1957


JULIEN DUVIVIER...    LA FEMME ET LE PANTIN    ...1958

 CHRISTIAN JAQUE     ...BABETTE S'EN VA EN GUERRE    ...1958

MICHEL BOISROND ...    VOULEZ VOUS DANSER AVEC MOI...    1958

HENRI VERNEUIL...    L'AFFAIRE D'UNE NUIT    ..1960
HENRI GEORGES CLOUZOT...    LA VERITE    ...1960
ROGER VADIM     ...LA BRIDE SUR LE COU    ...1961


MICHEL BOISROND...    LES AMOURS CELEBRES    ...1961
LOUIS MALLE    ...VIE PRIVEE    ...1961
ROGER VADIM     ...LE REPOS DU GUERRIER    ...1962

  
JEAN LUC GODARD    ...LE MEPRIS    ...1963


JACQUES ROZZIER    PAPARAZZI    ...1963
F OSWALDO CIVIRANI    ...TENTAZIONI PROIBITE    ...1963
EDOUARD MOLINARO    ...UNE RAVISSANTE IDIOTE    ...1963
ANTOINE BOURSEILLER    ...MARIE SOLEIL    ...1964
HENRY COSTER    ...CHERE BRIGITTE    ...1965
LOUIS MALLE   ...VIVA MARIA    ...1965


JEAN LUC GODARD...    MASCULIN FEMININ    ...1965
SERGE BOURGUIGNON    ...A COEUR JOIE    ...1966
LOUIS MALLE    ...HISTOIRES EXTRAORDINAIRES    ...1967
EDWARD DMYTRYK...    SHALAKO    ...1969


JEAN AUREL    ...LES FEMMES    ...1969
MICHEL DEVILLE     ...L'OURS ET LA POUPEE...    1969


GUY CASARIL    ...LES NOVICES...    1970
ROBERT ENRICO     ...BOULEVARD DU RHUM...    1970


CHRISTIAN JAQUE     ...LES PETROLEUSES    ...1971
ROGER VADIM     ...DON JUAN 1973    ...1973

NINA COMPANEEZ    ...L'HISTOIRE TRES BONNE ET TRES JOYEUSE DE COLINOT TROUSSE CHEMISES...    1973

BRIGITTE BARDOT

BRIGITTE BARDOT

Publié dans ACTRICES

Commenter cet article